Troubles de la mémoire

De Unaformec

Projet collaboratif et formulaire pour poster vos questions et/ou vos commentaires

Questionswiki.jpg
Ce wiki est un projet collaboratif, auquel chacun peut apporter sa pierre, soit par les questions issues de sa pratique pour lesquelles les réponses sont incertaines ou absentes, soit par les réponses qu'il souhaite lui-même apporter.

Vous devez pour cela vous entrer votre question ou votre commentaire en utilisant notre formulaire en ligne ici...


Qu’est-ce qu’un trouble subjectif de la mémoire (TSM)?

La plainte mnésique est fréquente à tout âge. La prévalence augmente avec l’âge, de 43% entre 65 et 74 ans à plus de 88% chez les personnes de plus de 85 ans [1].

Le TSM est un trouble ressenti par la personne (et pas toujours par son entourage) qui en général est à l’origine de la consultation et vient seule contrairement à ce qui se passe en cas de troubles mnésiques organiques des déficits cognitifs légers ou des démences.

La mémorisation d’une information repose sur trois processus : l’encodage de l’information, le stockage et la restitution. La clé du diagnostic entre plainte « suspecte » de révéler un début de maladie d’Alzheimer (MA) et plainte « bénigne » repose sur le fait que le trouble principal porte sur la mémorisation (encodage et stockage) dans la MA et sur le rappel et la restitution d’une information mémorisée dans la plainte bénigne du TSM [2].

Le TSM a une sémiologie caractéristique :

- Il porte aussi bien sur le passé récent qu’ancien, beaucoup sur les noms propres ;

- Les informations recherchées reviennent en mémoire spontanément ou après une procédure de recherche;

- Il s’y associe des troubles de l’attention ;

- La gêne est subjective : l’entourage ne s’en aperçoit que si la personne s’en plaint ;

- Il n’y a pas de perturbation des activités de la vie quotidienne, sauf parfois chez des personnes très âgées.

La plainte mnésique bénigne peut s’accompagner de manifestations pycho-affectives mais qui n’affectent pas le comportement. Les TSM sont une plainte majeure des personnes âgées déprimées mais bien que le sentiment de perte de mémoire soit augmenté chez les patients dysthymiques ou anxieux ce n’est pas le cas dans les dépressions majeures [1,2].

Nombre de médicaments notamment à effet anticholinergique ou psychotropes peuvent être responsables de troubles de mémoire.

La plainte de TSM est toujours à analyser avec soin. Elle ne permet pas en elle-même de conclure sur un risque ultérieur de déclin cognitif.

Références :

[1] Llife S, Pealing L. Subjective memory problems. BMJ 2010 ;340:c1425

[2] Derouesné C, Lacomblez L. La plainte mnésique : épidémiologie et démarche diagnostique. Presse Med. 2000 ;29(15) :858-62.

Qualité de la preuve : niveau 3.

Mots clés : Trouble de mémoire [memory disorders].

Qu’est-ce qu’un déficit cognitif léger (Mild Cognitive Impairment – MCI) ?

Le MCI représente un état transitionnel entre le vieillissement cognitif normal et les premières manifestations cliniques de la démence. Les frontières entre vieillissement normal, TSM, MCI et démence débutante sont particulièrement imprécises.

Selon les différentes études épidémiologiques la prévalence varie de 3 à 19% chez les personnes de plus de 65 ans. La plupart évolueront vers une démence dans un délai de 5 ans mais tous les patients présentant un déclin cognitif, voire classées comme MCI, en particulier parmi les personnes âgées, n’évolueront pas vers la démence. D’autres causes sont possibles : dépression, anxiété, consommation de drogues, autres comorbidités. Certains même semblent rester stables ou revenir progressivement à la normale [1].

Selon les critères originaux de la Mayo Clinic le MCI correspond à la présence de troubles de la mémoire corroborés par des déficits objectifs sur les tests de la mémoire épisodique chez des personnes non démentes [2].

De nouveaux critères pour une définition plus opérationnelle, prenant en compte les fonctions exécutives, l’attention, le langage, la mémoire et les compétences visuo-spatiales, permettent de repérer les patients à haut risque d’évolution démentielle [2]:

- Le déficit correspond à une plainte cognitive émanant du patient ou de son entourage ;

- Le sujet ou l’entourage signalent un déclin des performances cognitives et (ou) fonctionnelles ;

- L’indépendance et les capacités fonctionnelles appréciées par les échelles d’activité de la vie quotidienne sont préservées ;

- Un trouble de la mémoire et/ou d’une autre sphère cognitive sont objectivés par l’évaluation clinique.

- Cette altération cognitive n’a pas de retentissement sur la vie quotidienne ; mais le sujet peut signaler des difficultés pour des activités complexes.

Les deux syndromes, MCI et démence, se différencient par l’exigence pour le MCI de la préservation de l’indépendance dans les capacités fonctionnelles. Le manque de conscience des difficultés semble être un facteur prédictif d’évolution vers la démence [2].

Références :

[1] Gauthier S, Reisberg B, Zaudig M, Petersen R, Ritchie K, Broich K et al. Mild cognitive impairment. Lancet 2006; 367: 1262–70.

[2] Petersen R, Caracciolo B, Brayne C, Gauthier S, Jelic V, Fratiglioni L. Mild cognitive impairment: a concept in evolution. J Intern Med. 2014; 275(3): 214–28.

Qualité de la preuve : niveau 3

Mots clés : Déficit cognitif léger [Mild cognitive impairement].

Des troubles subjectifs de la mémoire permettent-ils de prédire une démence ?

Les troubles subjectifs de la mémoire, chez les personnes âgées, sont beaucoup plus fréquents que les signes objectifs pouvant traduire une déficit cognitif léger ou une démence [1].

Dans un essai contrôlé randomisé en soins primaires à partir des données de 110 médecins généralistes allemands [2], un dépistage de démence a été réalisé chez 5106 patients ≥ 70 ans vivant à domicile. 2556 (50%) se plaignaient de troubles subjectifs de la mémoire (TSM), et un diagnostic de démence a été porté chez 892 (17%). 46% des patients déments ne se plaignaient pas de TSM et 49% des sujets non déments se plaignaient de TSM. Les données étaient identiques parmi les patients faisant état de leur inquiétude quant à leur trouble de mémoire : 52% étaient finalement diagnostiqués comme déments et 43% non déments. La sensibilité et la spécificité du TSM pour une classification correcte des patients dépistés comme déments étaient respectivement de 54 et 51%, les valeurs prédictives positive (VPP) et négative (VPN) de 19 et 84 %.

Dans une revue systématique de 10 études [3] évaluant la précision des plaintes subjectives de la mémoire pour le diagnostic de démence ou de déficit cognitif léger (MCI) la sensibilité et la spécificité étaient respectivement de 0,43 (IC 95% : 0,40 – 0,46) et 0,86 (0,85 – 0,87) pour la démence (8 études/6868 patients) et 0,37 (0,35 – 0,40) et 0,87 (0,86 – 0,88) pour le MCI (7 études 8912/patients). Dans des populations à faible prévalence les valeurs prédictives positives (VPP) et négatives (VPN) étaient de 18,8 % et 93,7% pour la démence et 31,4 et 86,9 pour le MCI.

En pratique ni les plaintes subjectives de la mémoire ni l’inquiétude inhérente ne peuvent être considérées comme des critères valables de prédiction d’une démence ou d’un déficit cognitif chez les personnes âgées et justifier leur dépistage [1-3].

Références.

[1] Llife S, Pealing L. Subjective memory problems. BMJ 2010 ;340:c1425.

[2] Eichler T, Thyrian JR, Hertel J, Wucherer D, Michalowski B, Reiner K et al. Subjective memory impairment: No suitable criteria for case-finding of dementia in primary care. Alzheimer’s & Dementia: Diagnosis, Assessment & Disease Monitoring 2015 ;1 ;(2) :179-86.

[3] Mitchell AJ. The clinical significance of subjective memory complaints in the diagnosis of mild cognitive impairment and dementia: a meta-analysis. Int J Geriatr Psychiatry. 2008;23(11):1191-202.

Qualité de preuve : niveau 3.

Mots clés : Trouble de la mémoire – Déficit cognitif léger – Démence [Memory disorders – Mild cognitive impairment – MCI – dementia].