Troubles de la mémoire : Différence entre versions

De Unaformec
(Page créée avec « ==Qu’est-ce qu’un trouble subjectif de la mémoire (TSM)?== '''La plainte mnésique est fréquente à tout âge. La prévalence augmente avec l’âge, de 43% entre 65 e... »)
(Aucune différence)

Version du 11 juillet 2015 à 12:25

Qu’est-ce qu’un trouble subjectif de la mémoire (TSM)?

La plainte mnésique est fréquente à tout âge. La prévalence augmente avec l’âge, de 43% entre 65 et 74 ans à plus de 88% chez les personnes de plus de 85 ans [1].

Le TSM est un trouble ressenti par la personne (et pas toujours par son entourage) qui en général est à l’origine de la consultation et vient seule contrairement à ce qui se passe en cas de troubles mnésiques organiques des déficits cognitifs légers ou des démences.

La mémorisation d’une information repose sur trois processus : l’encodage de l’information, le stockage et la restitution. La clé du diagnostic entre plainte « suspecte » de révéler un début de maladie d’Alzheimer (MA) et plainte « bénigne » repose sur le fait que le trouble principal porte sur la mémorisation (encodage et stockage) dans la MA et sur le rappel et la restitution d’une information mémorisée dans la plainte bénigne du TSM [2].

Le TSM a une sémiologie caractéristique :

- Il porte aussi bien sur le passé récent qu’ancien, beaucoup sur les noms propres ;

- Les informations recherchées reviennent en mémoire spontanément ou après une procédure de recherche;

- Il s’y associe des troubles de l’attention ;

- La gêne est subjective : l’entourage ne s’en aperçoit que si la personne s’en plaint ;

- Il n’y a pas de perturbation des activités de la vie quotidienne, sauf parfois chez des personnes très âgées.

La plainte mnésique bénigne peut s’accompagner de manifestations pycho-affectives mais qui n’affectent pas le comportement. Les TSM sont une plainte majeure des personnes âgées déprimées mais bien que le sentiment de perte de mémoire soit augmenté chez les patients dysthymiques ou anxieux ce n’est pas le cas dans les dépressions majeures [1,2].

Nombre de médicaments notamment à effet anticholinergique ou psychotropes peuvent être responsables de troubles de mémoire.

La plainte de TSM est toujours à analyser avec soin. Elle ne permet pas en elle-même de conclure sur un risque ultérieur de déclin cognitif.

Références :

[1] Llife S, Pealing L. Subjective memory problems. BMJ 2010 ;340:c1425

[2] Derouesné C, Lacomblez L. La plainte mnésique : épidémiologie et démarche diagnostique. Presse Med. 2000 ;29(15) :858-62.

Qualité de la preuve : niveau 3.

Mots clés : Trouble de mémoire [memory disorders].