Scorbut : Différence entre versions

De Unaformec
(Quelle est l’origine du scorbut ?Quelle est l’origine du scorbut ?)
(Quelle est l’origine du scorbut ?Quelle est l’origine du scorbut ?)
Ligne 35 : Ligne 35 :
 
'''Qualité de la preuve''': niveau 1
 
'''Qualité de la preuve''': niveau 1
  
'''Mots clés''' : vitamine C – scorbut [vitamin C – scurvy].
+
'''Mots clés''' : vitamine C – scorbut [''vitamin C – scurvy''].
 +
 
 +
==Devant quels symptômes évoquer un scorbut ?==
 +
 
 +
'''Les manifestations cliniques observées dans le cas d’un déficit en vitamine C sont de manière prépondérante les hypertrophies gingivales. Un syndrome hémorragique témoigne d’une carence plus importante, et plus ancienne'''[1].
 +
 
 +
Plusieurs types de manifestations cliniques sont décrits [2-5] :
 +
 
 +
* '''''Gingivales'''''. Dues à un déficit initial prédominant au niveau de l’hydroxylation du collagène elles se caractérisent par des gingivites, une hypertrophie gingivale, une parodontolyse qui favorise une chute des dents. En fait cette hypertrophie gingivale est favorisée par des altérations des muqueuses surtout au niveau de la gencive marginale et des papilles interdentaires. En parallèle, il existe une fragilisation des dents qui présentent des infections pulpaires, et des caries.
 +
 
 +
* '''''Articulaires''''' à type d’arthralgies, myalgies et hémarthroses, hémorragies intramusculaires qui peuvent donner un syndrome des loges.
 +
 
 +
* '''''Cutanées''''' :
 +
 
 +
- Hyperkératose folliculaire associée à un purpura périfolliculaire qui prédomine au niveau des faces d’extension des membres et au niveau de l’abdomen.
 +
 
 +
- Ecchymoses prédominent au niveau des zones de pression (fesse et face postérieure des cuisses).
 +
 
 +
- Les poils adoptent une conformation en tire-bouchon  du fait de la réduction des ponts disulfure qui favorisent la solidité de la kératine.
 +
 
 +
- Retards de cicatrisation des plaies.
 +
 
 +
- Hémorragies sous-unguéales et conjonctivales (en flammèches) également parfois notées.
 +
 
 +
* '''''Osseuses''''' : hémorragies du périoste des os longs et des articulations. Le sternum peut s’enfoncer en donnant un rosaire scorbutique (élévation des extrémités des côtes.
 +
 
 +
* '''''Vasculaires''''' avec une hypotension qui peut être fatale. Cette hypotension est favorisée par une réduction du tonus basal artériel, ainsi qu’une réduction de la contractilité vasculaire lors des stimuli adrénergiques.
 +
 
 +
* '''''D’autres manifestations''''' sont parfois notées : hémorragies intracérébrales, rétrobulbaires ou subarachnoïdiennes qui peuvent être responsables du décès du patient ; syndrome dépressif ; épistaxis répétitives ; syndrome sec (xérophtalmie, xérostomie, kératoconjonctivite).
 +
 
 +
* '''''Manifestations générales''''' : anorexie, asthénie, amaigrissement.
 +
 
 +
'''Références''':
 +
 
 +
[1] [http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01080547/document Godard F. Evaluation des cas de déficit en vitamine C et de scorbut dans des services de médecine de l’est de la Réunion. Thèse de Médecine 2014].
 +
 
 +
[2] [http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24298827. Fain O. Vitamine C. La Revue du Praticien 2003 ;  63 (8) : 1091-6].
 +
 
 +
[3] [http://www.em-consulte.com/article/749124/vitamines-hydrosolubles-ii-vitamines-b9-b12-et-c. Guilland JC. Vitamines hydrosolubles (II). Vitamines B9, B12, et C. Encyclopédie Médico-chirurgicale. Endocrinologie-Nutrition 2013 ; 10 (1) : 1-18].
 +
 
 +
[4] Fitzpatrick TB. Maladies endocriniennes, métaboliques, nutritionnelles, et génétiques. Chapitre 15. Dans : Atlas en couleur de Dermatologie Clinique. France. Ed Flammarion Médecine-Sciences 2005.
 +
 
 +
[5] Bessis D. Dermatoses carentielles. in: Manifestations dermatologiques des maladies d’organes. France. Ed. Elsevier 2012.
 +
 
 +
'''Qualité de la preuve''': niveau 2
 +
 
 +
'''Mots clés''': vitamine C – scorbut – signes et symptômes [''vitamin C – scurvy – symptoms and signs''].

Version du 26 août 2015 à 15:55

Projet collaboratif et formulaire pour poster vos questions et/ou vos commentaires

Ce wiki est un projet collaboratif, auquel chacun peut apporter sa pierre, soit par les questions issues de sa pratique pour lesquelles les réponses sont incertaines ou absentes, soit par les réponses qu'il souhaite lui-même apporter.

Vous devez pour cela vous entrer votre question ou votre commentaire en utilisant notre formulaire en ligne ici...


Quelle est l’origine du scorbut ?Quelle est l’origine du scorbut ?

Le scorbut est une pathologie en relation avec un déficit en vitamine C ou acide ascorbique.

La vitamine C ou acide ascorbique est une vitamine hydrosoluble synthétisée par la plupart des animaux, et végétaux, excepté l’homme [1,2]. Un défaut de synthèse est du à la mutation de la protéine L-gulono-1,4-lactone synthétase ; enzyme qui intervient dans la biosynthèse de l’acide ascorbique [3].

Le besoin quotidien de cette vitamine varie de 50 mg/j pour le nourrisson à 110 pour les adolescents ou les adultes, et 120 mg pour les femmes enceintes [4].

La vitamine C est retrouvée principalement dans les fruits et les légumes. Parmi les aliments ayant une teneur importante en vitamine C, nous retrouvons : le jus d’acérola (1700 mg/100g), le cassis et le persil (200 mg/100g), le brocoli (110 mg/100g), le kiwi (80 mg/100g), les fraises et les litchis (60 mg/100g), les oranges et citrons (52 mg/100g) [1].

La quantité totale chez l’homme exempt de carence varie entre 1,5 et 3g.

La déplétion en vitamine C est objectivée dès lors que le pool total est inférieur à 0,3g, et lorsque l’ascorbémie est inférieure à 2 mg/l [1].

Expérimentalement il a été montré qu’en cas de réduction d’apport, la déplétion cellulaire s’observait au bout de 3 semaines, et les premières manifestations cliniques étaient objectivées dans une fourchette comprise entre 1 et 3 mois.

Références:

[1] Fain O. Vitamine C. La Revue du Praticien 2003 ; 63 (8) : 1091-6.

[2] Hercberg S, Preziosi P, Galan P, Deheeger M, Papoz L, Dupin H. Vitamin status of healthy French population: dietary intakes and biochemical markers. Internal Journal of Vitamin and Nature Rescue 1994; 64: 220-3.

[3] Guilland JC. Vitamines hydrosolubles (II). Vitamines B9, B12, et C. Encyclopédie Médico-chirurgicale. Endocrinologie-Nutrition 2013 ; 10 (1) : 1-18.

[4] Fain O. Carences en vitamine C. Revue de Médecine Interne 2004 ; 25 (12) : 872-80.

Qualité de la preuve: niveau 1

Mots clés : vitamine C – scorbut [vitamin C – scurvy].

Devant quels symptômes évoquer un scorbut ?

Les manifestations cliniques observées dans le cas d’un déficit en vitamine C sont de manière prépondérante les hypertrophies gingivales. Un syndrome hémorragique témoigne d’une carence plus importante, et plus ancienne[1].

Plusieurs types de manifestations cliniques sont décrits [2-5] :

  • Gingivales. Dues à un déficit initial prédominant au niveau de l’hydroxylation du collagène elles se caractérisent par des gingivites, une hypertrophie gingivale, une parodontolyse qui favorise une chute des dents. En fait cette hypertrophie gingivale est favorisée par des altérations des muqueuses surtout au niveau de la gencive marginale et des papilles interdentaires. En parallèle, il existe une fragilisation des dents qui présentent des infections pulpaires, et des caries.
  • Articulaires à type d’arthralgies, myalgies et hémarthroses, hémorragies intramusculaires qui peuvent donner un syndrome des loges.
  • Cutanées :

- Hyperkératose folliculaire associée à un purpura périfolliculaire qui prédomine au niveau des faces d’extension des membres et au niveau de l’abdomen.

- Ecchymoses prédominent au niveau des zones de pression (fesse et face postérieure des cuisses).

- Les poils adoptent une conformation en tire-bouchon du fait de la réduction des ponts disulfure qui favorisent la solidité de la kératine.

- Retards de cicatrisation des plaies.

- Hémorragies sous-unguéales et conjonctivales (en flammèches) également parfois notées.

  • Osseuses : hémorragies du périoste des os longs et des articulations. Le sternum peut s’enfoncer en donnant un rosaire scorbutique (élévation des extrémités des côtes.
  • Vasculaires avec une hypotension qui peut être fatale. Cette hypotension est favorisée par une réduction du tonus basal artériel, ainsi qu’une réduction de la contractilité vasculaire lors des stimuli adrénergiques.
  • D’autres manifestations sont parfois notées : hémorragies intracérébrales, rétrobulbaires ou subarachnoïdiennes qui peuvent être responsables du décès du patient ; syndrome dépressif ; épistaxis répétitives ; syndrome sec (xérophtalmie, xérostomie, kératoconjonctivite).
  • Manifestations générales : anorexie, asthénie, amaigrissement.

Références:

[1] Godard F. Evaluation des cas de déficit en vitamine C et de scorbut dans des services de médecine de l’est de la Réunion. Thèse de Médecine 2014.

[2] Fain O. Vitamine C. La Revue du Praticien 2003 ; 63 (8) : 1091-6.

[3] Guilland JC. Vitamines hydrosolubles (II). Vitamines B9, B12, et C. Encyclopédie Médico-chirurgicale. Endocrinologie-Nutrition 2013 ; 10 (1) : 1-18.

[4] Fitzpatrick TB. Maladies endocriniennes, métaboliques, nutritionnelles, et génétiques. Chapitre 15. Dans : Atlas en couleur de Dermatologie Clinique. France. Ed Flammarion Médecine-Sciences 2005.

[5] Bessis D. Dermatoses carentielles. in: Manifestations dermatologiques des maladies d’organes. France. Ed. Elsevier 2012.

Qualité de la preuve: niveau 2

Mots clés: vitamine C – scorbut – signes et symptômes [vitamin C – scurvy – symptoms and signs].