Insuffisance rénale chronique

De Unaformec
Révision de 6 août 2013 à 15:07 par Yves.lenoc (discussion | contributions) (Faut-il dépister l’insuffisance rénale chronique ?)

Faut-il dépister l’insuffisance rénale chronique ?

L’efficacité du dépistage en population générale n’est pas prouvée.

L’IRC est définie comme un taux de filtration glomérulaire (TFG) inférieur à 60 ml/ min/1,73 m2 pendant au moins trois mois [1,2] ou en cas de lésion structurelle révélée par imagerie ou biopsie, protéinurie, hématurie glomérulaire. Elle évolue en 5 stades de gravité :

5 stades IRC
- 1 : maladie rénale existante avec TFG normal ≥ 90 ml/ min/1,73 m2

- 2 : baisse faible du TFG entre 60 et 90

- 3 : baisse modérée du TFG entre 30 et 59

- 4 : baisse sévère du TFG entre 15 et 29

- 5 : insuffisance rénale terminale – TFG < 15.

C’est une pathologie fréquente dont l’histoire naturelle est mal connue, dominée par deux pathologies causales : le diabète et l’hypertension. Elle augmente le risque de mortalité cardiovasculaire.

La majorité des patients décèderont de cause cardiovasculaire avant d’atteindre le stade terminal de l’insuffisance rénale.

Qualité de la preuve : niveau 4

Diabète et HTA FDR cardiovasculaires
Jusqu'à 25-35% des personnes âgées de 65 ans répondent aux critères actuels définissant la maladie rénale chronique, mais le fait de savoir si la baisse du TFG est un marqueur de la maladie ou fait tout simplement partie du processus de vieillissement fait débat [3].

La forte prévalence et le caractère asymptomatique jusqu’à un stade avancé, ainsi que l’accessibilité aux tests biologiques suggèrent qu’un dépistage précoce pourrait être intéressant mais les données actuelles suggèrent que ce dépistage systématique n’est pas rentable sauf à le cibler chez des patients à haut risque : personnes âgées, diabète, HTA, antécédents familiaux d’IRC [3].

La prise en compte des facteurs de risque cardiovasculaire, patients hypertendus, diabétique et/ou ≥ 55 ans demeure la priorité pour détecter et freiner la progression de l’insuffisance rénale et prévenir la survenue d’évènements cardiovasculaires [2]. Mais le risque parmi eux d’insuffisance rénale terminale reste faible [4].

Qualité de la preuve : niveau 2

Références.

[1] Ponte B, Martin PY, Pechère A, Burnier M, Guessous I. Insuffisance rénale chronique: attitudes et pratiques de dépistages en l’absence d’études randomisées. Rev Med Suisse. 2010:3256.

[2] Levin A, Hemmelgarn B, Culleton B, Tobe S, McFarlane P, Ruzicka M, et al. Guidelines for the management of chronic kidney disease. CMAJ. 2008;179:1154-62.

[3] James MTJ, Hemmelgarn BR, Tonelli M. Early recognition and prevention of chronic kidney disease. Lancet 2010;375:1296-309.

[4] Hallan SI, Dahl K, Oien CM, Grootendorst DC, Aasberg A, Holmen J, and al. Screening strategies for chronic kidney disease in the general population: follow-up of cross sectional health survey. BMJ, doi:10.1136/bmj.39001.657755.BE.

[5] Keith DS, Nichols GA, MBA, Gullion CM, Brown JBSmith DH. Longitudinal Follow-up and Outcomes Among a Population With Chronic Kidney Disease
in a Large Managed Care Organization. Arch Intern Med. 2004;164:659-663