Cancer du col de l'utérus : Différence entre versions

De Unaformec
(Quel lien entre l’infection à papillomavirus et le risque du CCU ?)
(Quel lien entre l’infection à papillomavirus et le risque du CCU ?)
Ligne 47 : Ligne 47 :
  
 
L’analyse de données groupées provenant de 11 études cas-témoins menées dans 9 pays incluant 1 918 femmes présentant un cancer du col utérin ont montré que 8 types de VPH (16, 18, 31, 33, 35, 45, 52, et 58) étaient impliqués dans 95 % des cancers du col. Le HPV 16, type le plus courant, est impliqué dans 50 à 60 % des cas de cancer du col. Le HPV 18, second type le plus courant, est en cause dans 10 à 12 % des cas [2].
 
L’analyse de données groupées provenant de 11 études cas-témoins menées dans 9 pays incluant 1 918 femmes présentant un cancer du col utérin ont montré que 8 types de VPH (16, 18, 31, 33, 35, 45, 52, et 58) étaient impliqués dans 95 % des cancers du col. Le HPV 16, type le plus courant, est impliqué dans 50 à 60 % des cas de cancer du col. Le HPV 18, second type le plus courant, est en cause dans 10 à 12 % des cas [2].
 +
 +
[[Fichier:fichier.png|200px|thumb|left|HPV_Cancers]]

Version du 2 septembre 2019 à 21:16

Projet collaboratif et formulaire pour poster vos questions et/ou vos commentaires

Questionswiki.jpg
Ce wiki est un projet collaboratif, auquel chacun peut apporter sa pierre, soit par les questions issues de sa pratique pour lesquelles les réponses sont incertaines ou absentes, soit par les réponses qu'il souhaite lui-même apporter.

Vous devez pour cela vous entrer votre question ou votre commentaire en utilisant notre formulaire en ligne ici...

Quelle est la fréquence du cancer du col de l’utérus ?

Le cancer du col de l’utérus (CCU) représente en France la 12e cause de cancer et la 10e cause de mortalité par cancer chez la femme [1,2] . A l’échelle mondiale, les dernières données épidémiologiques montrent que le cancer du col de l’utérus est le quatrième cancer le plus courant chez la femme avec une incidence de 528 000 nouveaux cas en 2012. On note que les pays à faible revenu ou intermédiaire sont les plus touchés par cette mortalité (85% des décès) [3]. En Europe, près de 65 000 femmes sont touchées par le cancer de l’utérus, et environ 25 000 nouveaux cas sont recensés chaque année, avec une mortalité de 4,7% [4].

On dénombre chaque année environ 30 000 nouveaux cas de lésions précancéreuses, et on estime que ce cancer a touché de l’ordre de 2 800 femmes et on relève 1092 décès en France en 2015 [2,3].

Parmi les cancers gynécologiques ce sont les CCU qui apparaissent le plus tôt dans la vie avec un pic entre 40 et 44 ans et une petite remontée vers 70 ans [5]. On observe également des disparités géographiques et socio-économiques pour l’incidence et la mortalité, avec une incidence plus élevée de tous les cancers gynécologiques dans le Nord de la France, encore plus marquée pour les CCU [5].

On distingue deux sites d’infection possibles :

  • Au niveau de l’épithélium malpighien pour 80% des cas. On les appelle les carcinomes épidermoïdes.
  • Au niveau de l’épithélium glandulaire pour 20% cas. On les appelle adénocarcinomes.

Le CCU est l'un des cancers gynécologiques pour lesquels il y a eu les plus grandes avancées au cours des 20 dernières années [1]. Son incidence est en baisse depuis les années 1980.

Références [1] La ligue contre le cancer. Les cancers de l’appareil génital féminin (col et corps de l’utérus, ovaires). Information grand public. Janvier 2009.

[2] Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard. Cancers et environnement. Cancer du col de l’utérus. MAJ 30 août 2018.

[3] World Health Organization. Immunization, vaccines and biologicals. Human Papillomavirus (HPV). Mars 2018.

[4] Institut Pasteur. Cancer du col de l’utérus et papillomavirus. Janvier 2018.

[5] Sancho-Garnier H. Épidémiologie des cancers gynécologiques : utérus, ovaire, vulve et vagin. em-consulte.com. 2013. 85-99.

Qualité de la preuve : Niveau 1

Mots clés : tumeurs du col de l’utérus ; épidémiologie [tumeurs du col de l’utérus ; épidémiologie].

Quel lien entre l’infection à papillomavirus et le risque du CCU ?

L’origine du CCU est multifactorielle:

le HPV en étant une cause primordiale mais non exclusive L’infection au papillomavirus humain (HPV) est le principal facteur de risque de cancer du col de l’utérus, classée en Groupe 1 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) [1].

Le type, la persistance et la charge virale des HPV sont des paramètres conduisant ou non à une progression maligne des lésions. Le CIRC a classé les différents types de HPV en fonction de leur cancérogénicité. Alors que plus de 50 types de HPV peuvent infecter les voies génitales, 15 d’entre eux (les types 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 68, 73, et 82) sont considérés à fort potentiel oncogène pour le col utérin.

L’analyse de données groupées provenant de 11 études cas-témoins menées dans 9 pays incluant 1 918 femmes présentant un cancer du col utérin ont montré que 8 types de VPH (16, 18, 31, 33, 35, 45, 52, et 58) étaient impliqués dans 95 % des cancers du col. Le HPV 16, type le plus courant, est impliqué dans 50 à 60 % des cas de cancer du col. Le HPV 18, second type le plus courant, est en cause dans 10 à 12 % des cas [2].