Annonce d'un dommage lié aux soins

De Unaformec
Révision de 25 novembre 2012 à 19:01 par Eric.drahi (discussion | contributions) (Page créée avec « ==Ne pas oublier== l est important de ne pas oublier que cette démarche est centrée sur les besoins du patient, et nécessite donc un ajustement au cas par cas. ==Comment ... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Ne pas oublier

l est important de ne pas oublier que cette démarche est centrée sur les besoins du patient, et nécessite donc un ajustement au cas par cas.

Comment préparer et se préparer à l'annonce ?

  • En établissement de santé, élaborer une politique d’annonce d’un dommage associé aux soins qui décrit les objectifs, le déroulement de la démarche, les moyens mis à disposition, notamment pour le soutien aux professionnels impliqués. Prévoir des actions de communication autour de cette politique.
  • Se former à la gestion d’un dommage (gestion des risques et communication avec le patient).
  • Rechercher le partage d’expériences auprès d’autres collègues, favorisant ainsi soutien, conseils et amélioration des pratiques.
  • Après la survenue d’un dommage, atténuer les conséquences de l’événement indésirable, tout en anticipant la continuité des soins.
  • Entreprendre l’analyse des causes de l’événement indésirable.
  • Selon le degré d’urgence, préparer l’entretien avec le patient : synthétiser les faits connus et certains, déterminer qui assistera au rendez-vous et qui le dirigera, planifier le moment et le lieu du rendez-vous, décider de ce qui sera dit au patient, anticiper ses besoins (notamment linguistiques avec la présence d’un interprète, etc.).

Comment réaliser l’annonce ?

  • Disposer de suffisamment de temps pour permettre au patient de s’exprimer et poser des questions.
  • Être à l’écoute du patient et utiliser un langage compréhensible (à adapter en fonction de son interlocuteur).
  • Adopter une attitude sincère, transparente et empathique.
  • Se prononcer sur des faits connus et vérifiés.
  • Reconnaître le dommage subi par le patient et exprimer des regrets.
  • Expliquer les causes connues du dommage et les conséquences pour le devenir du patient.
  • En cas d’erreur avérée, présenter des excuses.
  • Le cas échéant, assurer au patient que des actions d’amélioration seront entreprises.
  • Selon les besoins, proposer au patient un soutien médical, psychologique, social ou spirituel.
  • Proposer au patient un référent unique pour le suivi de la démarche.
  • Tracer l’échange avec le patient dans le dossier médical.
  • Débriefer en équipe suite à l’entretien avec le patient et partager les informations échangées avec lui.

Quelles sont les suites de l’annonce

  • Prévoir des rendez-vous de suivi avec le patient lorsque le besoin est identifié.
  • Fournir des informations additionnelles à mesure qu’elles sont connues.
  • Informer le patient des actions correctives mises en oeuvre si l’investigation des causes n’était pas achevée lors du 1er rendez-vous.
  • Mettre en oeuvre les offres de soins et de soutien proposées.
  • Réitérer ses regrets voire présenter de nouveau des excuses.
  • Avec l’accord du patient, informer le médecin traitant du dommage et de ce qui lui a été dit.
  • Tracer les rendez-vous de suivi dans le dossier médical.
  • Sur du long terme, organiser le retour d’information aux professionnels concernés, l’évaluation et la mesure d’impact de la démarche.
  • Se préoccuper des suites psychologiques et professionnelles des soignants impliqués dans la prise en charge

du patient.

Que faut-il ne pas faire ?

La conduite à ne pas tenir peut s’opposer symétriquement aux précédentes préconisations. Cependant certains points méritent d’être signalés.

  • Nier ses propres émotions ou les renvoyer au patient en guise de « défense ».
  • Rester isolé alors qu’un soutien extérieur serait nécessaire.
  • Refuser que le patient soit accompagné lors de l’entretien d’annonce du dommage.
  • Manifester de l’agressivité.
  • Utiliser le jargon médical.
  • Spéculer sur les faits.
  • Blâmer une personne.
  • Nier ou dissimuler le dommage du patient.
  • Culpabiliser le patient.
  • Nier sa propre responsabilité le cas échéant.
  • Fournir au patient des informations contradictoires.

Qualité de la preuve : accord professionnel

Référence: HAs. Annonce d’un dommage associé aux soins Guide destiné aux professionnels de santé exerçant en établissement de santé ou en ville. Mars 2011