Du 01 janvier 2019 au 31 mars 2019 : Asthme de l’enfant : Stratégies diagnostiques et thérapeutiques (7H)

Le plus 2019 en fin de programme : cas clinique rappel des messages clés

Action ANDPC n° 10841900050 S1
Il n’existe pas de définition consensuelle de l’asthme de l’enfant . C’est la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant d’âge scolaire . En France l’asthme de l’enfant est sous-diagnostiqué et sous-traité . Plusieurs études, conduites en population générale ou chez des enfants asthmatiques consultant leur médecin généraliste, ont montré que le contrôle de l’asthme n’était pas acceptable chez 33 à 66% d’entre eux .
L’inflammation est responsable de divers phénomènes au niveau des voies respiratoires (œdème, contraction des muscles bronchiques, sécrétion de mucus) qui provoquent une obstruction bronchique.
Selon les experts français la définition de l’asthme est essentiellement clinique, évoqué sur l’anamnèse, l’étude du carnet de santé, l’examen clinique et une radiographie de thorax normale en période inter critique 1. Chez l’enfant de moins de 36 mois l’asthme est défini comme tout épisode dyspnéique avec râles sibilants, qui s’est produit au moins trois fois depuis la naissance et cela quels que soient l'âge de début, la cause déclenchante, l'existence ou non d'une atopie. Ces épisodes de sifflements sont discontinus, avec des périodes pendant lesquelles l’enfant est asymptomatique.
D’autres tableaux cliniques doivent faire évoquer un asthme : toux induite par l’exercice, toux nocturne, toux chronique ou récidivante, toux persistante après une bronchiolite, sifflements persistants.
La radiographie du thorax de face est essentielle pour éliminer une malformation ou un corps étranger. L’efficacité d’un traitement antiasthmatique d’épreuve renforce le diagnostic 5.
L’enquête internationale ISAAC , a mis en évidence d’importantes variations géographiques de la prévalence de l’asthme chez l’enfant, des différences dans l’exposition à divers facteurs de risque environnementaux représentant l’hypothèse la plus plausible pour en expliquer les tendances temporelles. Ces facteurs de risque comprennent les expositions aux aéroallergènes ou à d’autres contaminants de l’air (pollution atmosphérique, tabac…), ainsi que les modes de vie, notamment l’alimentation. L’obésité apparaît comme associée à un risque accru d’asthme .
Il n’existe pas de niveau de preuve suffisant pour appliquer une stratégie thérapeutique propre à chaque type clinique (allergique ou viro-induit en particulier). La stratégie thérapeutique comprend la prise en charge médicamenteuse, la prise en charge des facteurs aggravants ou associés par les mesures sur l’environnement et l’éducation thérapeutique 5.
Les recommandations concernant la prise en charge de l’asthme insistent désormais sur la notion de contrôle qui reflète l’activité de la maladie sur quelques semaines. Cette notion est valable quelle que soit la sévérité de l’asthme. Les outils de mesure de ce contrôle sont essentiellement cliniques et fonctionnels. Les paramètres cliniques de contrôle (symptômes diurnes et/ou nocturnes, gêne à l’effort, consommation de bêta-2-mimétique) doivent être systématiquement évalués à chaque consultation, de même que la survenue d’exacerbations .

Objectifs :
L’objectif général de cette action de DPC est donc de permettre aux participants d’améliorer le repérage, le diagnostic et le contrôle de l’asthme de l’enfant et de définir des stratégies diagnostiques et thérapeutiques pour harmoniser les pratiques.

Objectifs spécifiques
1. Définir une stratégie diagnostique et évaluer la sévérité d’un asthme chez les enfants.
2. Identifier les facteurs déclenchants et associés à prendre en compte.
3. Définir une stratégie de prise en charge médicamenteuse et environnementale.
4. Définir les modalités de suivi et d’adaptation thérapeutique en fonction du contrôle.

Animateur : Dr HUEZ-ROBERT Marie-Françoise

Pour vous inscrire à l'Unaformec

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire