Labège (31) Le 15 octobre 2020 : Prévenir la dégradation de la fonction rénale – Rôle du médecin généraliste - 5h - S1
Action ANDPC n° 10842000017 S1

L’amélioration des conditions de vie et les progrès constants de la médecine conduisent à une augmentation de l’espérance de vie. Mais le vieillissement de la population s’accompagne d’une hausse des maladies cardiovasculaires, du diabète et de l’hypertension artérielle. Ces Deux pathologies – causales et/ou associées – sont responsables d’une épidémie : la maladie rénale chronique (MRC). Un individu de 70 ans à 70 fois plus de risques d’avoir une IRC qu’un individu de 40 ans.
La MRC avec un débit de filtration glomérulaire (DFG) de moins de 60ml/mn/1,73m2 est une pathologie fréquente qui touche près de 6% de la population générale et plus de 20% des gens de plus de 65 ans. Elle ne devient généralement symptomatique qu‘à un stade avancé. A peine 25% de ceux touchés par l’IRC en sont informés . La plupart des patients atteints de MRC mourront de complications cardiovasculaires avant d’en arriver au stade d’insuffisance rénale terminale. Le dépistage est simple et peu onéreux. Sur la base des données actuelles, il n’est pas démontré qu’il ait de l’intérêt en population générale.
Un dépistage ciblé sur des groupes de patients à considérer a priori comme « à risques » devrait maintenant être systématique. Selon la plupart des auteurs, ce dépistage concerne les personnes âgées et celles atteintes de diabète, d'hypertension ou de maladies cardiovasculaires ou ayant des antécédents familiaux de maladie rénale chronique. Dans 50% des cas, les maladies rénales chroniques qui conduisent à l’insuffisance rénale sont la conséquence d’un diabète ou d’une hypertension artérielle .
En cas de doute sur la nature de la maladie ou de situations nécessitant un avis néphrologique et une prise en charge spécialisée l’évaluation initiale est le plus souvent réalisée par le médecin généraliste .
Le stade de la MRC est défini à partir du DFG estimé et de la présence de marqueurs d’atteinte rénale persistant plus de 3 mois ou à deux examens successifs. À partir du stade 3B un avis et un co-suivi partagé néphrologue – médecin généraliste sont recommandés, de même qu’en cas de situations considérées à risque d’évolution vers une insuffisance rénale terminale (albuminurie, hématurie, leucocyturie, anomalies morphologiques à l’échographie rénale, mauvais contrôle de la pression artérielle 3, .
Le MDRD est considéré aujourd'hui comme la formule de référence malgré quelques incertitudes concernant certaines populations (patients >75ans, patients dénutris ou ayant un régime pauvre en protéines animales, ethnies africaines)4. L’efficacité des interventions précoces en cas d’IRC repose pour l’essentiel sur la prise en charge des risques et pathologies cardiovasculaires, sur lesquels diverses interventions pharmacologiques ou non ont montré leur efficacité3.
Quel que soit le stade de la MRC l’un des axes essentiels de la prise en charge est non médicamenteux et touche aux modifications du mode de vie3. L’éducation thérapeutique a pour objectif d’aider le patient à contrôler les divers facteurs de risque pour ralentir la progression de la maladie et améliorer sa qualité de vie. En dehors du cadre de programmes spécifiques elle peut être réalisée par le médecin généraliste ou d’autres professionnels formés spécifiquement3

Objectifs :
L’objectif général de ce programme est de permettre aux participants d’optimiser leur pratique pour le diagnostic, la prise en charge et la surveillance des patients atteints de maladie rénale chronique.

Objectifs spécifiques
1. Identifier les facteurs de risque de maladie rénale chronique.
2. Évaluer le stade de maladie rénale chronique chez les patients ayant des facteurs de risque.
3. Identifier une situation nécessitant une prise en charge spécialisée.
4. Surveiller les patients atteints d’insuffisance rénale en prenant en charge leurs pathologies cardio-vasculaires et le risque d’aggravation susceptible d’être générée par diverses pathologies, et divers traitements médicamenteux.
5. Informer le patient pour convenir avec lui d’objectifs partagés pour prévenir la dégradation de sa fonction rénale et améliorer sa qualité de vie.

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire