Vitry le François (51) Le 14 septembre 2018 : Prévention et Dépistage du cancer du col utérin : Informer pour partager la décision - Soirée (3h)
Action ANDPC n° 10841800045 S1

Le cancer du col de l'utérus (CCU) reste le 10ème cancer le plus fréquent chez la femme en France avec une incidence de 3000 cas. Malgré l'existence d'un dépistage efficace, il est responsable d'environ 1 100 décès par an . C'est l'un des seuls cancers pour lesquels le pronostic se dégrade en France, avec un taux de survie à 5 ans en diminution passant de 68% de 1989 à 1993 à 62% de 2005 à2010. On considère pourtant qu'un dépistage régulier de toute la population-cible permettrait d'en réduire l'incidence de 90 % .
Le frottis cervico-utérin (FCV), examen de dépistage de référence, doit donc être proposé tous les trois ans, à toutes les femmes de 25 à 65 ans. Il permet de sélectionner les femmes susceptibles de présenter une lésion du col, mais c’est la colposcopie avec biopsie qui reste l’examen diagnostique et pronostique . Il y a actuellement 235 000 frottis anormaux par an, dont 31 000 lésions précancéreuses ou cancéreuses. La conduite à suivre devant une femme ayant une cytologie anormale a été synthétisée par l’INCA sous la forme un document en ligne . Les lésions sont codifiées selon la terminologie Bethesda 2014. Pour les frottis révélant une anomalie qui n’est pas un carcinome in situ, on peut retrouver :
- Une atypie des cellules malpighiennes de signification indéterminée : ASC-U
- Une lésion malpighienne intraépithéliale de bas grade (ancienne CIN1) : LSIL
- Une lésion malpighienne intra épithéliale de haut grade (ancienne CIN 2 et 3) : HSIL
- Une atypie ne permettant pas d’exclure une lésion de haut grade : ASC-H
Pour chaque type de lésion pré cancéreuse est proposé un protocole sur plusieurs mois d’examens complémentaires (recherche HPV, nouveau frottis à distance, colposcopie-biopsie, biopsie chirurgicale) pour suivre l’évolution de la lésion qui peut être soit la régression totale, soit la progression vers la gravité. Sachant que le taux de régression des lésions de bas grade(LSIL) est estimé entre 77 à 80% sur deux ans, et celui des lésions de haut grade autour de 35%, il faut n’envisager le traitement par conisation qu’après un temps d’observation, car les conisations indépendamment des méthodes utilisées sont un facteur de risque de prématurité .
Le dépistage organisé repose sur l’invitation tous les 3 ans de toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans sans symptômes de pathologie du col, d’aller réaliser sans avance de frais un examen gynécologique avec réalisation d’un prélèvement sur la zone de jonction du col de l’utérus, chez un médecin généraliste, un gynécologue, une sage-femme dans une structure libérale ou hospitalière, un centre de santé, un centre de planification ou d’orthogénie. Le frottis y compris en phase liquide sera examiné dans un laboratoire d’anatomie pathologique qui rendra un compte rendu selon la cotation de Bethesda 2014. Ce compte rendu sera adressé au centre de dépistage et au professionnel de santé qui l’a réalisé, charge pour ce dernier d’informer la patiente de la nature du résultat et de la conduite à suivre .

La vaccination anti-HPV, proposée aux jeunes filles à partir de 11 ans a pour objectifs de diminuer les infections à HPV oncogènes pour diminuer l’incidence des cancers du col utérin invasifs et les autres cancers provoqués par les virus HPV oncogènes . Cette stratégie a prouvé son efficacité pour réduire le portage des virus incriminés et réduire le nombre de dysplasies de haut grade, mais il n’a toujours pas été prouvé que ces vaccins puissent diminuer l’incidence du cancer invasif du col de l’utérus et le dépistage chez toutes les femmes de 25 à 65 ans reste une priorité .

Objectifs :
L’objectif général de ce programme de DPC est l’amélioration des pratiques professionnelles en matière de dépistage et d’information des patientes quant au cancer du col de l’utérus.

Objectifs spécifiques
1. Informer sa patiente de l’intérêt d’un dépistage du CCU.
2. Définir les modalités techniques et les critères de qualité des prélèvements pour dépistage du CCU.
3. Définir la conduite à tenir en cas de frottis anormal.
4. Délivrer une information actualisée au sujet de la vaccination anti HPV

Expert : Drs F. ARNOLD, M. AUMERSIER et C. DELMAS

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire