Milly la Forêt (91) Le 15 mars 2018 : Les troubles addictifs : place de l'acupuncture - Soirée (3h)
Action ANDPC n° 10841800030 S1

L’addiction se caractérise par l’impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de ce comportement en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives. La notion de conduite addictive comprend à la fois les addictions aux substances psychoactives mais également les addictions comportementales, sans substances psychoactives. Les addictions les plus répandues concernent le tabac (nicotine) et l’alcool. Viennent ensuite le cannabis et, loin derrière, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Il existe également des addictions liées à des activités (et non à des substances), comme les jeux d’argent, les jeux vidéo, le sexe ou encore les achats compulsifs.
Les addictions posent, en France comme à l’échelle européenne et dans le reste du monde, un problème de santé publique majeur, dont les impacts sont multiples, sanitaires, médicaux et sociaux.
La consommation de substances psychoactives est responsable en France de plus de 100 000 décès évitables par accidents et par maladies, dont près de 40 000 par cancers , .
Les connaissances sur les processus neurobiologiques sont essentielles pour comprendre et intervenir sur les dépendances aux drogues psychoactives. La vulnérabilité à la rechute est devenue une préoccupation majeure de la recherche neurobiologique dans le domaine des comportements addictifs .
Les professionnels de santé de premier recours sont les premiers à aborder la question des addictions avec leurs patients, à repérer d’éventuels usages problématiques de substances, à intervenir et orienter. Des outils d’aide au repérage précoce sous forme d’intervention brève sont disponibles sous forme de questionnaires , .

Le Plan gouvernemental 2013-2017 de lutte contre les drogues et les conduites addictives repose sur l’observation, la recherche et l’évaluation : en progressant dans la compréhension des conduites addictives ; en soutenant la recherche sur les nouveaux traitements médicamenteux et les stratégies thérapeutiques innovantes ainsi que les recherches en sciences sociales ; en faisant de la recherche un outil d’aide à la décision, notamment en améliorant le soin et l’accompagnement .
L’acupuncture ouvre des possibilités pour rompre le recours systématique aux médicaments répondant aux nouvelles attentes et exigences des Pouvoirs Publiques, notamment pour une prise en charge des troubles anxio-dépressifs souvent associés et améliorer la gestion du stress . Cette prise en charge par acupuncture pour lutter contre le tabagisme et l’alcool bénéfice d’une prise en charge dans la cotation des actes de Sécurité Sociale.
Les mécanismes d’action de l’acupuncture, son utilisation sont mieux appréhendés. Les indications bénéficient aujourd’hui d’une validation établie sur des Études Contrôlées Randomisées et sur des méta-analyses selon les méthodes scientifiques reconnues par les Autorités de santé comme par les sociétés savantes professionnelles .
Par ailleurs, comme le rappelle le rapport de l’INSERM concernant l’évaluation de l’efficacité et de la sécurité de l’acupuncture, « les effets indésirables existent, mais leur fréquence est rare, en particulier en comparaison aux effets indésirables des produits médicamenteux » 8.
L’acupuncture peut ainsi pleinement s’intégrer dans une prise en charge pluridisciplinaire des conduites addictives, tant dans la prévention que pour éviter le passage à la chronicité, avant une perte des contrôles .

Objectifs :
1. Connaître les données récentes de l’approche neurobiologique des addictions.
2. Aborder les conduites addictives avec un patient.
3. Repérer d’éventuels usages problématiques de substances psychoactives (tabac, alcool)..
4. Définir les conditions d’un recours à l’acupuncture pour les troubles addictifs.
5. Identifier les données validées sur l’indication de l’acupuncture.
6. Définir les conditions, les limites d’utilisation et les conditions de sécurité de l’acupuncture dans le suivi.

Expert : Dr Robert HAWAWINI

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire