Belberaud (31) Le 18 janvier 2018 : Troubles des apprentissages en soins primaires - Soirée (3 h)
Action ANDPC n° 10841800008 S1

La maîtrise du langage est un élément fondamental du développement de la personnalité de l’enfant, de sa réussite scolaire, de son intégration sociale et de sa future insertion professionnelle. Quatre à cinq pour cent des enfants d’une tranche d’âge sont concernés par des troubles de l’évolution du langage, ce qui représente un enfant par classe. Un quart d’entre eux sont atteints de troubles sévères .
Les troubles de l’apprentissage comprennent :
 Les troubles de la lecture (acquisition du langage écrit) : on parle de dyslexie.
 Les troubles du développement moteur et de l’écriture : on parle de dyspraxie.
 Les troubles des activités numériques : on parle de dyscalculie.
 Les troubles du langage oral : on parle de dysphasie.
 Les troubles de l’attention.
Ces troubles sont fréquemment associés. Dans près de 40 % des cas, un enfant concerné par les troubles DYS présente plusieurs types de troubles des apprentissages . Selon les données épidémiologiques françaises :
 De 8,5% à 12,7 % des enfants de CE1 auraient un retard significatif en lecture.
 6,6% des enfants à 10 ans et 7,5% des enfants de CE1 présenteraient une forme spécifique, sévère et durable des troubles du langage écrit (Dyslexie, Dysorthographie).
 La prévalence actuelle de la dyslexie serait de 6% à 10 ans
L’objectif pour l’enfant et sa famille est d’agir le plus précocement possible sans pour autant médicaliser systématiquement une difficulté transitoire sans conséquences. Cibler les interventions diagnostiques ou thérapeutiques permet une meilleure gestion des patients tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Il s’agit là d’un problème de santé publique rendant nécessaire le développement d’actions médicales de dépistage, de diagnostic et l’élaboration de projets thérapeutiques mis en place le plus précocement possible.
 Le repérage (facteurs de risques, signes d’appel) concerne la famille, les professionnels de la petite enfance et de l’école voire, dans certains cas, certains intervenants du secteur social. Il s’agit du repérage d’une difficulté et de la suspicion d’un trouble.
 Le dépistage concerne la recherche systématique, à l’aide d’outils validés, d’un trouble, cohérent, le cas échéant, avec la difficulté repérée. Il est du ressort des professionnels de santé.
 Lorsque le trouble est avéré et perdure malgré la prise en charge pédagogique préventive, la poursuite de la démarche diagnostique s’impose afin de déterminer la nécessité ou non de soins selon des référentiels précis.

Les médecins de ville sont insuffisamment formés aux troubles des apprentissages. Les premiers recours aux professionnels ne sont pas toujours adaptés. La prescription de rééducations et de traitement, le suivi de l’évolution relèvent de la décision médicale éclairée après ou concomitamment à une démarche diagnostique complète.
L’objectif de cette formation est donc de former les médecins à orienter correctement puis à suivre ces enfants est donc une nécessité de santé publique en même temps qu’un facteur d’économie de la santé. Ceci a d’ailleurs été reconnu dans le rapport rédigé par les ministères de l’emploi et de la solidarité et de l’éducation nationale en 2000 comme une des recommandations importantes .
Un parcours de soins coordonné doit être publié par la HAS en 2018 sur cette thématique

Objectifs :
1. Définir les signes d’alerte d’un retard d’acquisition du langage chez le petit enfant
2. Définir les différents troubles de l’apprentissage chez un enfant d’âge scolaire.
3. Définir les conduites à tenir devant un retard d’acquisition du langage ou un trouble des apprentissages

Expert et organisateur : Dr Thiébault-Noël WILLIG et Dr Thiébault-Noël WILLIG

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire