Haguenau (67) Le 15 mars 2018 : Anomalies biologiques chez les personnes âgées : Myélome et insuffisance rénale - (5h) = Non présentiel 2h + soirée de 3h
Action ANDPC n° 10841800021 S1

L’amélioration des conditions de vie et les progrès constants de la médecine conduisent à une augmentation de l’espérance de vie. Mais le vieillissement de la population s’accompagne d’une augmentation de prévalence des pathologies notamment cancéreuses, maladies cardiovasculaires, diabète, hypertension artérielle.
Parmi les pathologies cancéreuses le myélome multiple (MM) est clairement une maladie liée à l’âge. 38% des patients ont entre 50 et 69 ans au moment du diagnostic et 55% ont 70 ans ou plus. Ils se situent au 15e rang des décès par cancer . Dépisté à temps le MM est accessible aux soins et bénéficie d’un taux de rémission élevé.
Devant une anomalie de l’hémogramme a priori sans cause évidente la question se pose de savoir si une électrophorèse des protéines sériques est justifiée et quelle est la conduite à tenir en cas d’anomalie évoquant une immunoglobuline monoclonale.
L’ensemble des pathologies de la personne âgée (notamment maladies cardiovasculaires, diabète, HTA) et les traitements associés sont responsables d’une augmentation du risque d’insuffisance rénale chronique. Un individu de 70 ans à 70 fois plus de risques d’avoir une IRC qu’un individu de 40 ans.
L’IRC avec un débit de filtration glomérulaire (DFG) de moins de 60ml/mn/1,73m2 est une pathologie fréquente qui touche près de 6% de la population générale et plus de 20% des gens de plus de 65 ans. Elle ne devient généralement symptomatique qu‘à un stade avancé. A peine 25% de ceux touchés par l’IRC en sont informés . La plupart des patients atteints d’IRC mourront de complications cardiovasculaires avant d’en arriver au stade d’insuffisance rénale terminale. Le dépistage est simple et peu onéreux. Sur la base des données actuelles, il n’est pas démontré qu’il ait de l’intérêt en population générale.
Un dépistage ciblé sur des groupes de patients à considérer a priori comme « à risques » devrait maintenant être systématique. Selon la plupart des auteurs, ce dépistage concerne les personnes âgées et celles atteintes de diabète, d'hypertension ou de maladies cardiovasculaires ou ayant des antécédents familiaux de maladie rénale chronique.
Le MDRD est considéré aujourd'hui comme la formule de référence malgré quelques incertitudes concernant certaines populations (patients >75ans, patients dénutris ou ayant un régime pauvre en protéines animales, ethnies africaines) . L’efficacité des interventions précoces en cas d’IRC repose pour l’essentiel sur la prise en charge des risques et pathologies cardiovasculaires, sur lesquels diverses interventions pharmacologiques ou non ont montré leur efficacité , .
Quelle est la conduite à tenir devant ces anomalies ? C’est l’objectif principal de ce programme

Objectifs :
1. Définir la conduite à tenir face une anomalie de l’électrophorèse des protéines sériques.
2. Dépister l’insuffisance rénale chronique chez les patients ayant des facteurs de risque.
3. Surveiller les patients atteints d’insuffisance rénale en prenant en charge leurs pathologies cardio-vasculaires et le risque d’aggravation susceptible d’être générée par diverses pathologies, et divers traitements médicamenteux.
4. Définir les situations nécessitant une demande d’avis spécialisé.

Expert et organisateur : Dr Jean CHERFAN et Dr Bernard SCHITTLY

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire