Le 01 juillet 2018 : Cannabis, expérimentation, recréation, addiction : Parlons en - S4
Action ANDPC n° 10841800029 S4

L'usage du cannabis, produit classé stupéfiant, reste interdit en France par la loi du 31 décembre 1970. En acheter, en consommer, en détenir, en donner, en revendre, en cultiver, en transporter ou conduire après en avoir consommé sont passibles des tribunaux. Et pourtant c’est le produit psychoactif le plus consommé . L’expérimentation du cannabis (avoir fumé au moins 1 fois) concernait en 2005 45% des 15-25 ans et la proportion des consommateurs réguliers a augmenté entre 2000 et 2005 de 6 % à 8 % . Depuis 15 ans, on a noté un doublement des expérimentations et un triplement des usages répétés. En 2014 un collégien sur dix en classe de 4ème déclare avoir consommé du cannabis au moins une fois, et un sur 4 en classe de 3ème . Réglementation « décalée » devant une consommation aussi répandue ? Il persiste beaucoup d'inconnues sur la consommation du cannabis. La question essentielle est de savoir si cette consommation est dangereuse. Nous sommes encore très loin de tout savoir, y compris les éventuels effets thérapeutiques du cannabis, mais sa consommation, même ludique, entraîne des dangers réels et variés dont le risque d'escalade dans une improbable échelle des drogues .
Le cerveau de l’adolescent pourrait être particulièrement vulnérable au cannabis. Des recherches ont montré que les troubles cognitifs liés à l’usage du cannabis sont corrélés à la dose, la fréquence, la durée de l’exposition et à l’âge de la première consommation. Ces troubles peuvent persister à long terme même après sevrage notamment si la consommation a débuté avant 15ans .
Qui sont exactement ces jeunes consommateurs ? Quel est leur type d'usage ? Quelles sont leurs motivations ? Se sentent-ils en danger ? Demandent-ils une aide médicale ? Faut-il aller au-devant de cette demande ? L’objectif général de ce programme est de repérer la consommation de cannabis dans une relation bienveillante avec le jeune patient.

Objectifs :
A l’issue de ce programme les participants doivent être capables de : - Établir une relation bienveillante avec le jeune patient. - Rechercher les facteurs de risques psycho-sociaux d’une entrée dans l’addiction au cannabis - Échanger avec le jeune patient sur les conséquences de l’usage fréquent ou de l’addiction au cannabis .

Animateur : Marie-Françoise HUEZ-ROBERT

Pour vous inscrire à l'Unaformec

Pour vous inscrire à l'ANDPC



Retour

Sommaire