Vous êtes ici : DPC >> DPC 2017

DPC 2017

UNAFORMEC. Numéro organisme : 1084

 

1)Des principaux motifs de consultations en soins primaires ;

2) Des questionnements les plus fréquents des patients et des médecins ;

3) Des orientations nationales fixées par le décret du 8 décembre 2015.

 

 

 

A propos du DPC 2017, vous trouverez dans cette page les cinq chapitres suivants :

  1. Les séminaires de un ou deux jours;
  2. Les e-DPC qui peuvent aussi être le support de réunions présentielles;
  3. Les conditions de l'ANDPC;
  4. Les conditions de l'UNAFORMEC et de la SFDRMG.
  5. Pour toute aide : secretariat@unaformec.org et aux heures de bureau au 01 71 19 99 68

 

I - LES SEMINAIRES

Vous pouvez dès aujourd’hui vous inscrire pour une ou plusieurs actions auprès de notre secrétariat ou en vous inscrivant directement

Provins
Actualités thérapeutiques dans le diabète de type 2 - Soirée
Le 29 novembre 2017

A l’heure où, d’une part, l’incidence de la pathologie diabétique explose au sein de la population française, et d’autre part, les propositions thérapeutiques se multiplient, avec des durées de commercialisation parfois éphémères (exemple des glitazones), il nous a semblé pertinent d’actualiser nos connaissances concernant les propositions thérapeutiques actuelles et leurs utilisations en pratique quotidienne dans la maladie diabétique . En 2017 il existe parmi les antidiabétiques plusieurs classes thérapeutiques : 1. Les antidiabétiques oraux(ADO) - Les médicaments qui améliorent la sensibilité à l’insuline : les biguanides (metformine) (les glitazones ont été retirées du marché) - Les médicaments qui stimulent la production de l’insuline : ° les sulfamides hypoglycémiants (5 molécules) ; ° les glinides (repaglinide) ; ° les inhibiteurs du DPP4(les gliptines ; 4 molécules) ; - Les médicaments qui réduisent l’absorption des sucres : ° les inhibiteurs des alpha glucosidases (acarbose) ; ° les médicaments qui favorisent l’élimination des sucres, nouvelle famille récemment apparue mais non encore commercialisée en France. 2. Parallèlement, les traitements injectables se sont aussi étoffés avec deux grandes familles : - L’insuline sous ses différentes présentations en termes de durée d’action. - Les analogues du GLP1 (dulaglutide, exénatide, liraglutide)

Objectifs :
1. Connaître les différents traitements médicamenteux du diabète de type 2.
2. Définir leurs indications respectives et leurs modalités d’association ou de substitution, compte tenu de l’évolution de la maladie diabétique.

Organisateur : Dr Christiane QUINIO

--> Pour vous inscrire.


Avignon
SFDRMG - Vaccinations : Lesquelles ? Pour qui et par qui ? - Soirée
Le 08 décembre 2017

La crise de confiance face à la vaccination semble débuter en 1994 lors de la campagne de vaccination contre l’hépatite B. Elle rebondit en 2009 avec la campagne de vaccination contre la grippe H1N1. Le « Baromètre santé 2010 » en témoigne : à cette date moins des deux tiers (62%) des personnes âgées de 15 à 75 ans déclarent être favorables à la vaccination en général. Une nette diminution est observée par rapport aux données de 2005 (90% des interrogés étaient alors favorables à la vaccination). Plus encore 52,4% des personnes interrogées déclarent être défavorables à certains vaccins : 84,7% à la vaccination contre la grippe, 17% à la vaccination contre l’hépatite B. Ces données ont été recueillies au moment de la crainte de la pandémie grippale de 2009. Une étude de 2016 sur l'état de cette confiance révèle que c'est en Europe qu'on trouve sept des dix pays les moins confiants au monde, la France arrivant malheureusement en tête avec 41% des personnes doutant de la sécurité des vaccins. Depuis quelques années, l’acte de vacciner pour un médecin généraliste est devenu moins aisé. La décision de se faire vacciner ou pas est une décision individuelle de la personne qui y est quelquefois contrainte par une obligation légale. C’est un paradoxe de la vaccination en France. Ensuite la personne libre et autonome peut se renseigner sur ses risques d’être contaminée par l’agent infectieux en cause, sur l’efficacité du vaccin, sur ses effets secondaires graves suspectés. Toutes ces informations peuvent la décider à refuser un vaccin ou tous les vaccins pour elle ou pour ses enfants.
Une enquête auprès de médecins généralistes de ville nous apprend que 96% des médecins interrogés sont confiants dans leur capacité à expliquer l’utilité des vaccins à leurs patients. Seulement 43% se sentent capables de leur parler du rôle des adjuvants ; 83% recommandent aux adolescents et jeunes adultes la vaccination Rougeole-Rubéole-Oreillons, 57% la vaccination contre les infections à méningocoques de type C ; 26% considèrent que certains vaccins sont inutiles et 6% considèrent probable un lien entre l’apparition de maladies neuro dégénératives et la vaccination contre le papilloma virus (HPV).
La synthèse du rapport sur la politique vaccinale de Janvier 2016 de Madame Sandrine Hurel et Madame le Dr Anne Carole Bensadon dans la ligne de la conclusion demande à toutes les instances scientifiques et de santé publique de publier le maximum de connaissances et d’offrir des stratégies concertées entre tous les acteurs sur la vaccination, la formation a pour but la connaissance scientifique des effets indésirables, supposés ou réels, de certains vaccins ainsi que des stratégies vaccinales élaborées pour préserver la population ou certains groupes de population de certaines infections ou contaminations, ceci pour gérer au mieux leurs actions de vaccination et répondre aux questions des patients en tenant compte des différents niveaux de preuve disponibles.
La possibilité de vacciner pour les sages-femmes et sur prescription pour les infirmières, comme l’expérimentation en cours pour les pharmaciens, peut aussi bien aider les professionnels de santé à combattre l’hésitation vaccinale que générer de nouvelles craintes (traçabilité, risque de double vaccination, responsabilité légale …) si une coordination entre les différents professionnels est oubliée. Ce sera l’occasion de cet atelier que d’échanger sur les meilleures façons de générer une symbiose entre les différents discours, ainsi que d’utiliser le site dédié à la traçabilité : mesvaccins.net.

Dans le temps de la soirée, tous les vaccins ne pourront pas être abordés. Nous nous intéresserons au rôle des adjuvants, au vaccin anti grippe, à l’HPV avec ses potentiels effets secondaires et au processus de partage de la décision.

Objectifs :
1. Evaluer l’efficacité et les effets secondaires de la vaccination anti grippe.
2. Evaluer l’efficacité et les effets secondaires de la vaccination HPV.
3. Connaitre l’action des adjuvants dans les vaccins et leurs effets secondaires suspectés.
4. Connaitre le tableau 2017 des vaccinations obligatoires et conseillées chez l’enfant et chez l’adulte.
5. Informer, conseiller, éduquer le patient dans le cadre d’un processus de partage de la décision sur la couverture vaccinale la plus adéquate en fonction de son contexte personnel et environnemental.
6. Connaître les règles de responsabilité en cas de conséquences dommageables en lien avec la pratique vaccinale.

Organisateur : Dr Francis ABRAMOVICI

--> Pour vous inscrire.


 

UNAFORMEC : numéro organisme : 1084

II - Les e-DPC

Programmes de e-DPC en 4 étapes

--> Un premier regard sur les pratiques réelles

--> Une appropriation des données de la littératures suivie d’un test de lecture sur les points clés de ces documents.

--> Une appropriation des dernières synthèses disponibles suivie d’un nouveau test de lecture.

--> Un deuxième questionnaire pour évaluation finale de l’impact sur les pratiques.

Ces différentes étapes se déroulent toutes entièrement en ligne.

Une réunion physique des participants sur un même thème, quand elle est possible, est fortement recommandée pour analyse partagée et échanges de pratiques.

--> La liste des e-DPC proposés (au 8 décembre 2016).

Pour toute pré inscription, les coordonnées sont notées sur le document.

III - Les conditions de l'ANDPC

Quatre données principales.

--> Pour plus de détails

 

IV - Les conditions de l'UnaformeC : inscription

Trois choix

  1. 30 euros : première inscription pour l'année en cours à un DPC.
  2. 90 euros : première inscription pour l'année en cours à un DPC avec 40 numéros (un par semaine) de BIBLIOMED et 52 numéros (un par semaine) de La Semaine.
  3. 130 euros : première inscription pour l'année en cours à un DPC avec 40 numéros (un par semaine) de BIBLIOMED et 52 numéros (un par semaine) de La Semaine ansi qu'un abonnement pour 10 numéros de MEDECINE.

Au moment de votre inscription les réglements pourront être faits soit pas chèque soit par PayPal.

 

--> Ce qu'est BIBLIOMED.

--> Ce qu'est MEDECINE.

--> Ce qu'est La Semaine.

 

 

 

Actualité

01-01-2017 Pour adhérer à l'UnaformeC

Pour contacter l'Unaformec:

Union Nationale des Associations de Formation
Médicale et d’Évaluation Continues
18/20 boulevard de REUILLY
75012 PARIS-France
courriel: contact@unaformec.org


Standard : 01 71 19 99 67
Véronique Pieri-Gnemmi : 01 71 19 99 68
ou secretariat@unaformec.org
Brigitte Page:
01 71 19 98 50 ou comptabilite@unaformec.org

Heures d’ouverture des bureaux :
du lundi au jeudi de 9h00 à 13h00
et de 14h00 à 18h00
Le vendredi : de 9h00 à 12h00

☎ 01 71 19 99 67


✉ Pour vous rendre à l’UnaformeC

Union Nationale des Associations de Formation Médicale et d’Évaluation Continues
18/20 boulevard de REUILLY 75012 PARIS
France