Communications de la SFDRMG aux JNMG 2013

Accédez aux communications de la SFDRMG aux JNMG 2013

TITRE : Expérience de construction de protocoles interprofessionnels au sein de maisons et pôles de santé pluri professionnels

RESUME : 10 médecins généralistes représentant 4 projets de pôles et maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) et des infirmiers et pharmaciens impliqués dans les projets se sont réunis pour élaborer conjointement un protocole de soins interprofessionnel et s’engager dans une modification de leur organisation professionnelle en vue apporter une plus-value en terme de projet de santé territorial, de qualité de vie et d’exercice des professionnels de santé. Le premier thème retenu a été la réalisation des vaccinations. Méthode : construction d’un chemin clinique sur 4 soirées de DPC. 1/ Etat des lieux des différents projets de MSP et choix d’un thème de travail. 2/ En sous groupe : élaborer son projet en fonction des souhaits et spécificités des bassins de populations. Prise en compte pour chaque professionnel des écueils et des possibilités en fonction des décrets de compétences, des protections juridiques, des souhaits de collaboration de chaque pôle. Ebauche de 4 protocoles. 3/ Précision d’un « chemin clinique » de chaque professionnel au sein du groupe : traçabilité du travail effectué, assurance de prise en compte d’une contre-indication éventuelle, traçabilité dans la chaine. Début de mise en place des protocoles pour test in situ. 4/ Finalisation des protocoles. Définition des modalités et critères d’évaluation du service rendu et d’amélioration des pratiques. Résultats escomptés :
-  Augmenter la couverture vaccinale
-  Améliorer la traçabilité
-  Faciliter la construction et la mutualisation de protocoles ultérieurs
-  Libérer du temps médecin. Evaluation : Les trois pôles de l’Agglomération d’Orléans poursuivent la démarche en 2013 pour évaluer la pertinence, la faisabilité et l’efficience de chaque protocole. Conclusion : Ce travail a renforcé la notion d’équipe pluri professionnelle dans le respect de l’autonomie décisionnelle de chaque intervenant en tenant compte des décrets de compétence de chaque professionnel.

Référence : HAS. Exercice coordonné et protocolé en maisons de santé, pôles de santé et centres de santé. Démarche d’amélioration de la qualité. 2007

Responsable du projet : Dufour-Drahi Evelyne – Saint Jean de Braye

Structures : SFDRMG

PDF - 3.8 Mo
Protocoles de coopérations interprofessionnelles


TITRE : Petite traumato de la main à usage du médecin généraliste

JUSTIFICATION : Selon une enquête de la CNAM le nombre des traumatismes de la main et du poignet en France est estimé à 1 400 000 par an dont 620 000 sont considérés comme graves pouvant être source de séquelles et handicap [1]. Avec le développement des centres d’urgences de la main l’idée que toute plaie de main doit être prise en charge dans un service spécialisé semble ancrée tant chez les patients que chez les médecins généralistes. Tous les traumatismes de la main ne nécessitent cependant pas une prise en charge dans un centre spécialisé mais la qualité de la prise en charge initiale conditionne le résultat final. Une étude de la Fédération Européenne des Services d’Urgence main (FESUM) estime que 55% environ des lésions de la main ne sont pas chirurgicales [2].

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES : Permettre aux participants de : 1. Définir une stratégie de prise en charge d’un traumatisme de la main en soins de 1er recours. 2. Identifier les signes de gravité potentielle d’un traumatisme de la main ; 3. Identifier les situations justifiant un recours spécialisé et leur degré d’urgence.

METHODES PEDAGOGIQUES : Etude de cas – Présentation de photos de cas réels – Analyse en petits groupes par les participants et propositions de stratégies ; – Analyse commentée et propositions de l’expert

MOYENS PEDAGOGIQUES NECESSAIRES : – Présentation sous forme de power point – Video projection

RESSOURCES HUMAINES : – Experts : Dr Pierre Poirier - Chirurgien spécialiste de la chirurgie de la main – Animateurs : Un animateur SFDRMG

CIBLE : Médecins généralistes installés ou en formation

MESSAGES CLES : – La qualité de la prise en charge initiale des traumatismes de la main conditionne le résultat final – Une part importante des traumatismes courants de la main relève des soins primaires.

REFERENCES 1. Enquête sur les accidents de la vie courante. Résultats de 1987 à 1994. Dossiers Etudes et Statistiques de la vie courante n° 38. Document CNAM. Août 1997. 2. Obert L, Bellemère P, Dubert T et la FESUM. Les pièges des plaies et des infections de la main. Rev Prat 2005 ;55;13:1397-402. 3. Gagnou S. Traumatisme de la main pour ne pas avoir le doigt entre l’arbre et l’écorce. Le Médecin du Québec 2002 ;37;73-7.

Responsable du projet : Sylvie GILLIER

Structure : SFDRMG

PDF - 3.7 Mo
Plaies de la main

PDF - 4 Mo
Traumatismes fermés de la main


TITRE : De la question à la réponse. Pour un DPC simple et interactif RESUME : Parmi les recommandations de l’Institute of Medicine [1] pour repenser la formation médicale et développer la pratique réflexive, il est proposé entre autres d’encourager le développement des systèmes d’évaluation par les pairs en matière de documentation en direct, tels que les wikis. Sur le principe du « wiki » défini dans un article de l’encyclopédie Wikipédia nous proposons un wiki, outil « collaboratif », « participatif » et « transversal », qui permet à chaque professionnel intéressé :
-  de trouver rapidement une réponse directe argumentée à sa question ;
-  de poser la ou les questions auxquelles il n’a pas trouvé de réponse ;
-  d’apporter sa propre contribution aux réponses déjà acquises et d’enrichir ainsi la réflexion collective. Méthode : trois situations pour une question :
-  envoi accompagné d’une réponse argumentée du fait de recherches personnelles. Après validation des réponses et références bibliographiques par un comité d’experts mise en ligne dans le wiki, consultable par tout public.
-  mise en ligne des questions sans réponse pour recherche parmi les membres de la communauté fonctionnant alors en « groupe expert » virtuel.
-  traitement des questions sans réponse par un groupe de référence de la société scientifique. Selon les cas, réponse ponctuelle ou synthèse plus large des dernières données de la littérature. Résultats. Une base évolutive collaborative.
-  Une quarantaine de pages créées en 2 mois. 350 à 400 réponses courtes argumentées selon les principes de la médecine factuelle
-  Développement aussi bien à titre individuel qu’en groupes de formation. Conclusion. Le Wikidpc®, outil collaboratif de partage de connaissance répond parfaitement au concept de « réflexivité » et « analyse partagée » du DPC tel que défini par la HAS [2]

Références : 1. Institute of Medicine of the National Academies. Committee on Planning a Continuing Health Profes-sional Education Institute. Redesigning Continuing Education in the Health Professions. 2010. 2. HAS. Evaluation et amélioration des pratiques. Développement professionnel continu. Méthodes et modalités de DPC. Décembre 2012.

Responsable du projet : Yves Le Noc - Nantes

Structure : SFDRMG

PDF - 624.2 ko
Wiki DPC


TITRE : Prise en charge pluri-professionnelle en soins palliatifs - Bilan et perspectives

RESUME : Une organisation pluri-professionnelle en soins palliatifs permet d’assurer une prise en charge 24h/24, et d’avoir une écoute attentive, souvent complémentaire, de plusieurs interlocuteurs. Cette pratique favorise une prise en charge originale des symptômes des patients et permet une prise en charge de qualité. Responsables du projet :
- Frances Pierre médecin généraliste, 1 rue Saint Jean Baptiste 66650 Banyuls sur mer.
- DEK Ces responsable infirmier, rue Saint Sébastien 66650 Banyuls sur mer Structures : SFDRMG

Domaine d’intervention : Les soins palliatifs à domicile en zone rurale en équipe pluri-professionnelle.

Justification du projet : Souhait exprimé, il y a plus de 10 ans par certains patients de passer dignement une fin de vie à domicile. Afin de répondre à cette attente, mobilisation d’une équipe informelle avec 6 infirmières, et deux médecins généralistes, disponibles 24h/24.

Méthodes utilisées : Evaluation rétrospective de nos pratiques à l’aide du logiciel EQUINOX.

Résultats : Sur 10 ans, 74 personnes ont été prises en charge, dont 47 hommes, sur une durée de 1 à 2 mois dans 40,5% des cas. 84% ont plus de 84 ans. La pathologie cancéreuse domine (poumon 19%, colon 16,2%, sein 13,5%). A côté, l’insuffisance cardiaque terminale est prépondérante (6,75% des cas). Ce travail a pour but de déterminer la façon dont la gestion des différents symptômes est effectuée par les différents membres de l’équipe. La douleur est prise en charge de manière conjointe entre médecin et infirmière. L’infirmière gère de manière prépondérante, l’incontinence (95% des cas), la dyspnée (88,2% des cas), la constipation (83,8% des cas). Le généraliste gère les problèmes de comportement (81,5% des cas), de rétention urinaire (80% des cas).

Perspectives : Cette approche pluri-professionnelle présente l’intérêt de développer un lien entre les différents acteurs de la santé avec ouverture possible à d’autres paramédicaux : orthophoniste, kiné, équipe psychiatrique. Contrairement à des structures comme les HAD (hospitalisation à domicile), nous avons l’avantage de la proximité, d’une approche plus humaniste, mais aussi d’un avantage financier réel. Pourquoi de pas promotionner cette façon de travailler en pluri- professionnalité en milieu rural (lieu ou la démographie médicale est déficitaire), mais aussi favoriser le développement en collaboration avec les paramédicaux des pôles de santé ?

PDF - 136.9 ko
Soins palliatifs

ACTUALITE

01-01-2017
Pour adhérer à l'UnaformeC
En savoir plus