Archives

Pour la troisième année consécutive (2008), Médecine est inscrit au palmarès du grand prix éditorial du SNPM.

Le syndicat national de la presse médicale (SNPM) réunit 49 éditeurs français représentant près de 250 publications destinées aux professionnels de santé, toutes disciplines confondues. A l’exception notable, il est vrai, de la revue Prescrire : tout en respectant une charte d’éthique qu’ils ont signée avec les annonceurs, les éditeurs du SNPM font un large usage de la publicité pharmaceutique que refuse Prescrire ; et nous sommes en plein accord avec ce prestigieux « grand frère » - il refuse sans doute ce lien « familial » - pour réaffirmer que la seule véritable garantie est dans ce domaine un auto-financement de la presse par ses lecteurs. Toutefois, l’éditeur de Médecine, John Libbey Eurotext, adhère à ce syndicat. A à ce titre, a demandé à la revue de sélectionner et présenter des articles au grand prix éditorial créé il y a 8 ans maintenant par le SNPM. Nous l’avons fait dès la 1ère année de Médecine. Il me paraît intéressant de rappeler ce palmarès :

2006

1er prix dans la catégorie éditorial : Boissel JP. Peut-on réduire les écarts entre données actuelles de la science et pratiques ? (Médecine. 2005 ;11:52-3)

1er prix dans la catégorie dossier de formation en médecine générale : SFDRMG. Dépister le cancer de la prostate. Données et incertitudes (Médecine. 2006 ;4:168-72).

2007

- 3ème prix dans la catégorie éditorial : Rédaction. Faut-il arrêter le pro-gramme français de dépistage du cancer du sein par mammogra-phie ? (Médecine. 2006 ;8:340-2)

- 1er prix dans la catégorie dossier de formation en médecine générale : SFDRMG. Cancer du col de l’utérus. L’urgence reste le dépis-tage (Médecine. 2007 ;5:215-20).

2008

- 3ème prix dans la catégorie éditorial : Vallée JP, Gallois P. Faut-il dépister les démences ? (Médecine. 2007 ;9:388-9) (le dossier « Prescription médicamenteuse : un acte sous influence » a été pré-sélectionné, mais n’est pas arrivé sur le podium. Nous essaierons de faire mieux la pro-chaine fois…)

S’il me paraît important de rappeler ces prix, c’est à plusieurs titres :
- Le contenu de ces textes représente très exactement la conception de la documentation et recherche en médecine qui est celle de notre société scientifique : une médecine fondée sur les faits, rien que les faits, et reconnaissant une large part au doute inhérent à toute activité médicale. Même si cette position « sur le fil » est malcommode et incertaine, c’est bien la seule qui soit scientifiquement cohérente, humainement acceptable, pour les méde-cins comme pour leurs patients.

- Cette position est ici reconnue et prise en compte devant un public médical et au-delà pro-bablement très représentatif de la majorité des professionnels de santé, dans un contexte somme toute très « banalisé » au sein d’une instance qui n’a rien de groupusculaire.

Ces deux points ne peuvent que nous conforter dans nos objectifs de recherche de qualité des soins et de partage de la décision médicale. Réussir à les « écrire » pour les faire connaître et partager est sans doute l’une des meilleures raisons d’être de notre SFDRMG.

Docteur Jean-Pierre VALLEE.

La Revue Médecine est encore primée (2010) ..

Médecine reçoit pour la quatrième année consécutive un premier prix de la Presse Médicale et des professions de santé, avec un éditorial de Philippe NICOT : "Anticholinestérasiques : le généraliste peut-il dire non ? ".

Pour lire le détail de cette récompense...

L’article primé est ici...

Accéder aux archives >

ACTUALITE

01-01-2017
Pour adhérer à l'UnaformeC
En savoir plus