Formations collectives - Formations individuelles - Formations électroniques Retour à l'accueil

 

Nous présentons ci-dessous la liste des séminaires conventionnels organisés par l'UNAFORMEC en 2005. Il est probable que vous trouverez le ou les séminaires qui vous intéressent près de chez vous.

Comme les années précédentes, les inscriptions se prennent directement auprès des Fédérations organisatrices. Pour voir le tableau des séminaires de votre région…

 

Liste des séminaires

Présentation des séminaires par région

Présentation des séminaires par thème

Présentation des séminaires par date

Conditions d'inscription

Bulletin d'inscription



2 nouveautés dans le cadre formation-recherche-action pour évaluer ses pratiques et se former…

Le bilan professionnel personnalisé: un outil pour évaluer et améliorer ses pratiques

De l’évaluation des pratiques à la mise en œuvre des recommandations

 

Le patient diabétique de type 2

DIABETIQUE DE TYPE 2 : EDUCATION NUTRITIONNELLE

POURQUOI ET COMMENT PASSER A L'INSULINE UN PATIENT DIABETIQUE DE TYPE 2

Le patient anxieux et/ou dépressif et/ou insomniaque

GENERALISTE ET DEPRESSION : RECONNAITRE, SOIGNER

Le patient douloureux (évaluation, gestes techniques, prise en charge, prescription, suivi) :soins palliatifs…

LE GENERALISTE : SOINS PALLIATIFS ET DOULEURS A DOMICILE

Le patient en perte d'autonomie : évaluation, prévention et gestion.

DEPENDANCE PERSONNES AGEES : EVALUER, PREVENIR, GERER

Le patient en situation de soins non programmés : gestes et techniques, protocoles d'interventions dans les situations urgentes, organisation et permanence des soins.

MEDECIN GENERALISTE : GESTES PRATIQUES D'URGENCE

La prescription du médicament

PRESCRIRE LES HYPOLIPEMIANTS DANS LEUR CONTEXTE

Information et éducation du patient

MALADIES CHRONIQUES : AIDER LE PATIENT A GERER SA MALADIE

Prévention primaire et secondaire des cancers

DEPISTAGE DES CANCERS

Le patient présentant des conduites addictives

ALCOOL, TABAC, CANNABIS : COMPRENDRE, REPERER, ACCOMPAGNER

Suivi de la femme

CONTRACEPTION : MODE D'EMPLOI

SUIVI DES GROSSESSES A BAS RISQUE

SUIVI DE LA FEMME DE 45 A 55 ANS (traitement hormonal WHI ou non ?)

Suivi de l’enfant

OBESITE DE L'ENFANT : PREVENIR, CONSEILLER, ACCOMPAGNER

L’outil informatique

TROUVER SUR INTERNET UNE INFORMATION UTILE POUR SA PRATIQUE

Suivi de l’adolescent

L'ADOLESCENT ET LE MEDECIN GENERALISTE

Le risque professionnel

ACCIDENT DU TRAVAIL : REPRISE APRES UN ARRET PROLONGE

MALADIES PROFESSIONNELLES PERIARTICULAIRES ET APTITUDES AU TRAVAIL (le MG et le médecin du travail : un binôme au service du patient)

PREVENIR LA CHRONICISATION DU PATIENT LOMBALGIQUE EN ACTIVITE PROFESSIONNELLE


Thème 2
DIABETIQUE DE TYPE 2 : EDUCATION NUTRITIONNELLE


Modifier plus ou moins profondément les habitudes de vie d'un patient diabétique exige un travail en profondeur. Cela relève d'une éducation sanitaire le concernant au premier chef, mais impliquant aussi son entourage proche.
Ce travail éducatif fait partie des missions du médecin généraliste : la prise en charge et le suivi du patient diabétique de type 2 non compliqué sont principalement assurés en France par le médecin généraliste.
Mais il est essentiel pour le suivi qu'existe une bonne coordination entre les différents intervenants : généralistes et spécialistes, médecins et para-médicaux...

Objectif général :

Etre capable dans le cadre de la consultation standard de médecine générale de mettre en oeuvre une approche éducative efficace auprès des patients diabétiques.

Programme :
* Les comportements alimentaires et le diabète.
* La diététique et le relationnel.
Séminaire de 2 jours consécutifs
AVEC module d'évaluation à distance (Thème prioritaire)
Pour 30 participants


Thème 2
POURQUOI ET COMMENT PASSER A L'INSULINE UN PATIENT DIABETIQUE DE TYPE 2


En France la prévalence du diabète de type 2 serait de l'ordre de 2.2% soit 1 250 000 personnes en 1995. Avec l'augmentation de l'espérance de vie et la modification des habitudes alimentaires, on s'attend à une véritable épidémie de diabète.
L'étude UKPDS nous a appris que l'évolution de la maladie se fait vers une dégradation progressive et quasi inéluctable de la sécrétion endogène d'insuline.
Le passage à l'insuline deviendra donc de plus en plus utilisé pour abaisser l'hémoglobine glyquée.
Le médecin généraliste doit se former pour connaître les indications de l'insulinothérapie, les critères de sécurité pour le patient et les modalités pratiques de mise en œuvre et de suivi.

Objectif général :
Aider le médecin à identifier les indications de l'insulinothérapie dans le diabète de type 2, négocier avec le patient le passage à l'insuline, prescrire de l'insuline à un diabétique et éduquer un diabétique qui reçoit pour la première fois de l'insuline.

Programme :
* Identifier les représentations des médecins et des patients sur l'insulinothérapie
* Identifier les différentes insulines et les modalités de leur prescription
* S'adapter au patient et le former
* Annoncer l'insulinothérapie et construire avec le patient son projet thérapeutique
Séminaire de 2 jours consécutifs
AVEC module d'évaluation à distance (Thème prioritaire)
Pour 25 participants


Thème 4
GENERALISTE ET DEPRESSION : RECONNAITRE, SOIGNER


En France, la prévalence d'un état dépressif caractérisé au cours de la vie,
est de 22% chez la femme et de 10% chez l'homme. Selon les données de l'OMS, la France est l'un des pays du monde où la mortalité par suicide est la plus forte.
Le généraliste est souvent le premier consulté et dispose des moyens thérapeutiques lui permettant de prendre en charge la plupart de ces patients.
Cependant un faible pourcentage des dépressions seraient reconnues et traitées en fonction des recommandations de bonne pratique.
Les obstacles rencontrés sont d'ordre divers : nombre de déprimés n'ont pas recours au système de soins, souvent le déprimé n'est pas «reconnu » comme tel, l'affection diagnostiquée est insuffisamment ou non traitée.

Objectif général :
Cette formation aura pour objectif de faciliter la reconnaissance de la dépression en médecine générale, d'aider le médecin à identifier les critères de gravité, d'optimiser l'utilisation des moyens disponibles par le généraliste, d'améliorer la communication entre les différents acteurs de santé (psychiatres, intervenants en C.M.P., institutions)

Programme :
* Reconnaître une dépression
* Identifier le risque suicidaire
* Prescrire à bon escient les antidépresseurs. Proposer une stratégie adaptée
* Assurer le suivi. Le généraliste et la thérapie de soutien
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 21 participants


Thème 6
LE GENERALISTE : SOINS PALLIATIFS ET DOULEURS A DOMICILE


Le développement des soins palliatifs et de l'accompagnement à domicile ou dans le lieu de vie habituel est une des priorités développées par la circulaire du 19 février 2002 relative à l'organisation des soins palliatifs et de l'accompagnement.
Cela nécessite un travail en équipe, où le médecin généraliste est fortement impliqué. La démarche palliative prend en compte la globalité du malade, dans ses composantes physiques et psychiques, et dans son contexte familial et socioculturel.
Dans cette démarche palliative, la douleur et plus globalement la souffrance sont au cœur du problème ; que la douleur soit d'origine cancéreuse ou de toute autre nature, sa prise en charge est toujours difficile.

Objectif général :
Cette formation a pour but d'aider les médecins généralistes à identifier les freins à la prise en charge des patients en fin de vie à domicile, identifier et évaluer les différents types de douleur, mieux prescrire les morphiniques et autres antalgiques, mettre en œuvre des stratégies adaptées pour une prise en charge de qualité.
Programme :
* Identifier les représentations sur la démarche palliative et les différents types de douleurs
* Identifier les différentes thérapeutiques
* Soulager les différentes douleurs et les symptômes d'accompagnement
* Travailler en équipe pour optimiser la prise en charge
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 30 participants


Thème 7
DEPENDANCE PERSONNES AGEES : EVALUER, PREVENIR, GERER


Un français sur cinq a plus de 60 ans.
Parmi eux, 5 % sont confinés au lit ou au fauteuil. Les 2/3 vivent à domicile.
La dépendance nécessite une prise en compte globale par l'ensemble des équipes soignantes. De par sa connaissance du patient et de son environnement, outre sa responsabilité dans la décision médicale, le Médecin de Famille est le principal garant d'une prise en charge adaptée.

Objectif général :

Permettre au médecin d'assurer les soins de 1er recours selon une démarche généraliste conforme aux recommandations et référentiels de bonne pratique et d'être le garant d'un réseau de soins coordonné centré sur le patient.

Programme :

* Identifier la perte d'autonomie
* Etablir un diagnostic global de la situation du patient
* Identifier les ressources
* Aider les aidants et protéger le patient dépendant
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 8
MEDECIN GENERALISTE : GESTES PRATIQUES D'URGENCE


Le rôle primordial du médecin généraliste dans la prise en charge des urgences a été mis en évidence par les différents rapports sur les urgences en France initialisés par les pouvoirs publics.
Le pronostic immédiat est souvent engagé sur l'atteinte d'une des trois fonctions vitales : Conscience, Respiration, Circulation. Le médecin doit rapidement faire face à la situation, souvent dans un contexte de panique de l'entourage et doit savoir gérer son propre stress.
Cette formation doit induire de véritables automatismes avec le soutien d'un matériel simple, que tout médecin devrait avoir dans sa trousse d'urgence.

Objectif général :
Etre capable de reconnaître une détresse vitale, de prendre les décisions adaptées dés la réception de l'appel téléphonique, réaliser les gestes qui s'imposent et utiliser efficacement les matériels et drogues nécessaires.

Programme :
* identifier des critères de gravité
* prendre les décisions qui s'imposent pour organiser les secours
* acquérir une bonne pratique des gestes nécessaires
* se constituer une trousse « d'urgence » vitale
Cursus de 3 jours NON consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 10
PRESCRIRE LES HYPOLIPEMIANTS DANS LEUR CONTEXTE


L'hypercholestérolémie est une constatation fréquente dans la population française. Son rôle dans les coronaropathies est reconnu.
L'approche médicamenteuse, plus simple à mettre en oeuvre, encouragée par les nombreuses informations apportées sur le lieu même de l'exercice par l'industrie du médicament, conduit à négliger toutes les approches non médicamenteuses, plus difficiles à "prescrire" qu'un médicament, mais les bénéfices pour le patient sont très variables en fonction de l'importance des autres facteurs de risque et du contexte de prévention primaire ou secondaire.
Il semble donc important de permettre une appropriation de l'ensemble de ces données afin que les médecins puissent négocier avec leurs patients une prise en charge adaptée à leur risque.

Objectif général :
Etre capable d'analyser de façon critique les données de sources diverses sur les hypolipémiants et de prendre en compte l'ensemble des déterminants pour prescrire un hypolipémiant.

Programme :
* Choisir un traitement
* Utiliser les données scientifiques pour une prescription adaptée à une personne
* Prendre en compte les données psychologiques et environnementales
* Programmer une surveillance clinique et biologique du traitement
* Réévaluer périodiquement le rapport bénéfice/risque du traitement
* Négocier avec le patient
Séminaire de 2 jours consécutifs
AVEC module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 14
MALADIES CHRONIQUES : AIDER LE PATIENT A GERER SA MALADIE


L'accroissement du nombre de patients suivis pour maladies chroniques, la mauvaise observance des prescriptions et l'évolution des attitudes et comportements des patients vis à vis de leur santé, justifient la mise en place de nouvelles stratégies de prise en charge.
L'éducation thérapeutique améliore l'observance thérapeutique et permet de diminuer les complications à court, moyen et long terme. Elle repose sur l'acquisition par le patient de nouvelles compétences en partenariat avec les soignants.
L'implication des médecins généralistes a pour objectif d'en améliorer les résultats.

Objectif général :
Cette formation vise à montrer aux médecins généralistes l'intérêt d'intégrer dans leur activité habituelle une démarche éducative très participative d'éducation thérapeutique (ETP) auprès des patients atteints de maladies chroniques.
Il s'agira de découvrir les notions de diagnostic éducatif, d'objectif éducationnel, d'apprendre à analyser les motivations et obstacles rencontrés par le patient dans la mise en œuvre des conseils médicaux.

Programme :
* Identifier les représentations et les difficultés de mise en place de l'ETP
* Réaliser un diagnostic éducatif. Evaluer la motivation du patient
* Evaluer les actions d'éducation du patient.
* Négocier des objectifs de changement.
* Mettre en place dans sa pratique des démarches d'évaluation.
Séminaire de 2 jours consécutifs
AVEC module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 20 participants


Thème 15
DEPISTAGE DES CANCERS

Le généraliste a un rôle fondamental à jouer dans le dépistage des cancers. Aucun
programme, quel que soit le pays, n'a pu atteindre une participation suffisante de la population sans sa participation.
Il est important que le médecin généraliste devienne un élément actif et performant de la politique de dépistage des cancers en mettant en oeuvre les dépistages individuels nécessaires dans sa patientèle et en participant à l'élaboration, l'organisation, et la réalisation des programmes de dépistage collectif.

Objectif général :
Améliorer le dépistage des cancers, connaître les techniques utilisées, et être actif dans les programmes de dépistage.

Programme :
* Les concepts : définition et justification du dépistage
* Mise en oeuvre du dépistage
* Le généraliste et le dépistage. Améliorer la communication
* Les conditions d'un programme de dépistage. Les difficultés
Séminaire de 2 jours consécutifs
AVEC module d'évaluation à distance (Thème prioritaire)
Pour 30 participants



Thème 16
ALCOOL, TABAC, CANNABIS : COMPRENDRE, REPERER, ACCOMPAGNER

En France le tabac serait responsable de 60 000 décès annuels (10%), l'alcool 45 000.
Les risques des drogues dures sont bien connus, ceux du cannabis le sont moins, mais diverses études les ont précisés. Bien que le nombre de consommateurs réguliers tende à diminuer, l'expérimentation de l'alcool et des ivresses concerne 25% des 12 - 19 ans. Les polyconsommations passent de 2,4% à 15 ans à 21% à 19 ans.
Le problème pour le généraliste avec ces patients est moins celui des connaissances, du savoir, que des attitudes et comportements, du savoir faire et du savoir être. Il s'agit d'obtenir une participation plus efficace et mieux coordonnée des généralistes aux actions de prévention et de traitement des addictions, en se centrant sur les trois principales causes : alcool, tabac et cannabis.

Objectif général :
Etre capable de préciser l'importance du risque lié à l'usage des psycho actifs, notamment l'alcool, le tabac et le cannabis, d'établir une relation constructive avec ces patients et les partenaires éventuels nécessaires pour une prise en charge adaptée.

Programme :
* Fréquence de la consommation d'alcool, de tabac et cannabis.
La méconnaissance du phénomène
* Les représentations individuelles, sociales, médicales
* Le repérage et l'intervention brève. Les conseils à l'adolescent consommateur de cannabis
* L'accompagnement et le suivi du patient alcoolo et tabaco-dépendant
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 17 C
CONTRACEPTION : MODE D'EMPLOI

La contraception doit être efficace, non nuisible pour la santé, acceptable et souhaitée par le ou la patiente.
Certaines méthodes contraceptives s'inscrivent de plus dans le cadre de la protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST).
Différentes méthodes peuvent être envisagées. Le choix appartient à la patiente après une information, claire, pertinente, exhaustive, appuyée sur des données validées. Cette information est de la responsabilité médicale.

Objectif général :
S'approprier les recommandations de « bonne pratique contraceptive » pour négocier une stratégie contraceptive.

Programme :
* Conseiller et prescrire une contraception d'urgence et une 1ère contraception
* Donner un conseil en cas d'oubli de pilule
* Identifier les facteurs de risque vasculaire liés à la prise d'oestroprogestatifs
* Conseiller une contraception en cas de pathologie spécifique
* Informer les patient(e)s et prévenir les infections sexuellement transmissibles
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 17 G
SUIVI DES GROSSESSES A BAS RISQUE


Surveiller une grossesse « à bas risque » relève de la compétence des sages-femmes, des médecins généralistes, des gynécologues et obstétriciens.
Le médecin généraliste assure très souvent la première consultation capitale pour la surveillance ultérieure : cette grossesse est-elle à risque ? Quel est ce risque ?
C'est aussi le médecin généraliste qui va intervenir en situation d'urgence. C'est encore le généraliste qui doit fournir en première ligne les conseils les plus pertinents sur des sujets variés.
Cette formation a pour but d'actualiser les connaissances, améliorer le savoir-faire, favoriser une collaboration cohérente entre tous les intervenants indispensable pour améliorer le suivi de la grossesse.

Objectif général :
Etre capable de s'assurer que la grossesse évolue normalement, d'évaluer la présence ou la survenue d'éléments anormaux susceptibles de transformer un état physiologique en un état pathologique, définir les situations ou il faut orienter en milieu spécialisé et jouer efficacement le rôle de coordination entre les différents intervenants.

Programme :
* La première consultation
* La recherche des situations à risque en fonction des antécédents
* Le diagnostic anténatal et les examens échographiques au cours de la grossesse
* La surveillance clinique de la grossesse
* Le suivi biologique de la grossesse
* Pathologies au cours de la grossesse
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 30 participants


Thème 17 F
SUIVI DE LA FEMME DE 45 A 55 ANS (traitement hormonal WHI ou non ?)


Les généralistes assurent 52 % des consultations pour troubles de la ménopause.
Depuis 10 ans, la prescription du THS augmentait régulièrement. En juillet 2002, de nouvelles études ont conduit l'Afssaps à réviser par 2 fois ses recommandations et à faire, conjointement avec l'ANAES, une mise au point très détaillée à l'usage des professionnels et des femmes.
En France 4 110 000 femmes entre 45 et 54 ans sont concernées, à des degrés divers, par les problèmes de la périménopause ou de la ménopause confirmée.
Elles ont droit à une information individualisée compte tenu de leurs risques liés à la ménopause.

Objectif général :
Aider les médecins à fonder leurs stratégies préventives sur des preuves de bonne qualité, et informer du mieux possible les patientes sur les bénéfices et inconvénients des solutions existantes, en vue d'aboutir à un choix partagé.

Programme :
* Identifier les représentations et croyances autour de la ménopause
* La décision médicale : éléments non scientifiques et niveaux de preuve
* La périménopause
* La ménopause confirmée
* Les pathologies liés à la ménopause
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 30 participants


Thème 18 O
OBESITE DE L'ENFANT : PREVENIR, CONSEILLER, ACCOMPAGNER

Comme dans tous les pays industrialisés, on commence à parler en France d'épidémie d'obésité infantile. Le pourcentage d'enfants présentant un excès pondéral est passé de 3% en 1965 à 16% en 2000.
Un petit français sur 4 sera en surpoids dans 25 ans, comme aux Etats-Unis actuellement. Le risque immédiat est surtout d'ordre psychologique, mais pour l'avenir la surmortalité chez l'adulte est de 50 à 80%.
Le constat d'une obésité infantile nécessite une véritable analyse de situation, concernant l'enfant et son entourage.
Le « médecin de famille », doit agir en coordination avec les autres partenaires, psychologues et nutritionnistes, au plus près des familles et de l'enfant.

Objectif général :
Il s'agit d'aider le médecin à faire un diagnostic de situation à propos de jeunes patients présentant une obésité avérée ou un risque de surcharge pondérale et mette en œuvre une démarche éducative efficace auprès des jeunes et de leurs familles.

Programme :
* Identification des représentations et des difficultés autour de l'obésité chez l'enfant
* L'hygiène de vie du patient obèse ?
* Le poids et l'environnement psycho-socio-culturel
* Elaborer des stratégies au long cours et négocier avec le patient
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 20
TROUVER SUR INTERNET UNE INFORMATION UTILE POUR SA PRATIQUE


Dans le cadre d'une activité de soins ambulatoires, la recherche de documentation peut concerner, un renseignement de nature clinique, réglementaire ou technique ou des supports destinés à informer ou éduquer un patient.
L'accès à l'information médicale s'est considérablement modifié avec l'arrivée d'Internet et de nouveaux outils documentaires. Internet a pu être considéré comme un agent de promotion de l'EBM et d'empowerment.
Il s'agit sous forme d'ateliers de travaux pratiques en temps réel de découvrir la géographie de l'Internet médical et d'utiliser concrètement quelques stratégies simples de recherche pouvant être opérationnelles aussi bien en consultation qu'en différé.

Objectif général :
Aider les participants à identifier les différents types de ressources documentaires en santé disponibles sur Internet, formuler avec précision les questions qu'ils se posent dans leur exercice, afin de préjuger du type de ressources le plus à même d'y répondre et d'identifier ainsi celles qui peuvent faire l'objet d'une recherche sur Internet, trouver les informations ou documents recherchés, et archiver si besoin les résultats (impression ou stockage numérique), évaluer crédibilité scientifique et qualité des informations obtenues.

Programme :

* Élaborer des stratégies rapides mais cohérentes de recherche
* Explorer la géographie de l'Internet médical francophone, et s'y repérer
* Évaluer la qualité des informations obtenues
* Élaborer des stratégies rapides mais cohérentes de recherche
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 12 participants


Thème 21
L'ADOLESCENT ET LE MEDECIN GENERALISTE

Justification :
Les manifestations cliniques de la souffrance peuvent prendre chez l'adolescent différentes formes allant du mal être au suicide, 2ème cause de mortalité des jeunes après les accidents de la route, en passant par des phases intermédiaires dont la
« fugue », qui peut être interprétée comme un signal d'espaces affectifs familiaux à (re)délimiter et aux expressions somatiques des angoisses, particulièrement fréquentes chez le sujet adolescent.
Les conduites addictives surviennent de plus en plus tôt. Il arrive fréquemment que des parents fassent appel au médecin généraliste lors de difficultés relationnelles avec l'adolescent.
C'est dire si le médecin de famille a sa place dans l'accompagnement de l'adolescent, en tant qu'acteur de proximité, interlocuteur de la famille, aux confins des maux du corps et de l'âme.

Objectif général :
Etre capable d'identifier les aspects particuliers de la santé et plus particulièrement de la "santé mentale" des adolescents et de passer du statut de médecin de la famille à celui de médecin du sujet adolescent

Programme :
* Connaître le processus de l'adolescence
* Repérer les situations de crise chez l'adolescent
* Etablir une relation de confiance au cours d'un entretien avec un adolescent
* Construire une relation d'aide avec la famille.
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 24 participants


Thème 22 A
ACCIDENT DU TRAVAIL : REPRISE APRES UN ARRET PROLONGE

Le Médecin généraliste voit en consultation pour prolongation d'arrêt de travail, certificat de guérison ou de consolidation ou de rechute des patients victimes d'accident du travail ou maladie professionnelle.
La situation peut être compliquée par des facteurs cliniques, une fin de droit aux indemnités journalières, un poste de travail non adapté.
Une prise en charge multidisciplinaire : médecins traitants, médecin du travail et services sociaux compétents pourrait préparer la reprise du travail et éviter un licenciement ou favoriser un reclassement professionnel, quand le handicap le permet.

Objectif général :

Permettre aux participants d'acquérir les compétences médico-réglementaires, d'identifier des structures et les dispositifs d'aide et de s'approprier les stratégies de coopération avec d'autres professionnels pour améliorer les conditions du retour à l'emploi, dans le respect des compétences de chaque professionnel.

Programme :

* Evaluer les plaintes et la demande et la situation médico-réglementaires
* Analyser la plainte
* Evaluer l'aptitude ou l'inaptitude au poste de travail
* Identifier les organismes chargés du maintien à l'emploi et les stratégies interprofessionnelles
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 30 participants


Thème 22 M
MALADIES PROFESSIONNELLES PERIARTICULAIRES ET APTITUDES AU TRAVAIL (le MG et le médecin du travail : un binôme au service du patient)

Les affections périarticulaires représentent les 2/3 des maladies professionnelles indemnisées mais le dénombrement des affections professionnelles reconnues (accidents du travail et maladies professionnelles) ne reflète pas l'importance du phénomène, du fait de leur sous-déclaration et sous-reconnaissance.
Le médecin généraliste constitue le premier recours aussi bien pour les soins initiaux, que dans la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle. En liaison avec le médecin du travail, il doit faciliter la recherche d'un poste de travail compatible avec les capacités fonctionnelles et psycho dynamiques du salarié.

Objectif général :
Aider les participants à identifier l'origine professionnelle d'une pathologie périarticulaire, s'approprier la législation relative aux maladies à caractère professionnel et les modalités de leur déclaration pour une juste reconnaissance des droits des patients et identifier les modalités de collaboration avec le médecin du travail pour savoir anticiper sur les conditions de reprise compte tenu du handicap éventuel et du contexte professionnel.

Programme :
* Evoquer l'origine ou le caractère professionnel d'une pathologie périarticulaire
* Identifier les facteurs de risques psychosociaux individuels et environnementaux de TMS
* Envisager des mesures de prévention
* Appréhender la législation et rédiger un certificat médical initial de maladie professionnelle
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 30 participants


Thème 22 P
PREVENIR LA CHRONICISATION DU PATIENT LOMBALGIQUE EN ACTIVITE PROFESSIONNELLE

La lombalgie représente la première cause d'invalidité dans la population des moins de 45 ans, la deuxième entre 45 et 60 ans. Sa prévalence annuelle de 35 à 50 % en fait un problème de santé publique en France, cause de 110 000 arrêts de travail d'une durée moyenne de 33 jours, soit 3,5 millions de journées indemnisées, coût largement imputable à la forme chronique de l'affection, qui pourtant ne représente que 7 à 10% des cas.
La précocité de la prise en charge conjointe soignant-patient et la cohérence des discours des différents intervenants sont des facteurs de bon pronostic pour l'évolution.

Objectif général :
Aider les participants à identifier le rôle du médecin généraliste et les modalités de coopération des différents acteurs dans la prise en charge autour et avec le patient lombalgique en activité professionnelle.

Programme :
* Le parcours d'un patient lombalgique dans le système de santé
* Les recommandations pour la pratique clinique
* Aborder avec son patient la question du travail et de la douleur
* Négocier avec le patient les modalités thérapeutiques
* Identifier les modalités de réparation, les tableaux de maladies professionnelles
Séminaire de 2 jours consécutifs
SANS module d'évaluation à distance (Thème non prioritaire)
Pour 30 participants

Mis à jour le 16/04/05


UNAFORMEC
261 rue de Paris
93556 MONTREUIL CEDEX
Tél: 33 (0)1 43 63 80 00
Fax: 33 (0)1 43 63 68 11
eMail: unaformec@wanadoo.fr
Webmaster: eric.drahi@wanadoo.fr